Il existe mille et une occasions d’avoir besoin de prendre le sabot de votre cheval. Ce peut être pour le nettoyer, effectuer un soin sous le sabot ou encore remplacer un fer. Il se peut qu’il ne se montre pastoujours coopératif pour donner le pied, c’est pourquoi il est important d’habituer son cheval à donner le sabot régulièrement. Martin Seguin, maréchal-ferrant, vous explique ici comment éduquer son cheval à donner le pied en toute sécurité..

Habituer son cheval à donner le sabot. Transcription de la vidéo YouTube

Réunir les conditions optimales pour habituer son cheval à donner le sabot

Il est difficile d’habituer son cheval à donner le sabot sans réunir au préalable, deux conditions essentielles : la sécurité et la confiance.

Observer quelques éléments de sécurité

Dans un premier temps, vous avez besoin de disposer d’un point d’attache sécurisé. Il est extrêmement dangereux de travailler avec un cheval attaché à un anneau mal scellé dans le mur ou à un piquet bancal. En effet, c’est bien connu : le cheval est un animal craintif. S’il tire et qu’il arrache tout, je vous souhaite bien du courage pour parvenir à le remettre en confiance dans cet espace-là !

Pour une sécurité optimale, vous devez vous-même vous équiper convenablement. Pour cela, vous devez éviter de porter des vêtements amples, des bagues, des bracelets, etc. Vous l’aurez compris, tout ce qui peut se coincer est à proscrire. 

Ensuite, vous devez prendre conscience de votre corps et de vos capacités physiques. Nul besoin d’avoir une corpulence imposante pour prendre le pied de son cheval. Si vous avez la chance d’être un peu agile, vous savez d’ores et déjà que vous aurez la capacité de vous éloigner rapidement du cheval si nécessaire. Cela vous permet de déterminer un périmètre raisonnable de votre espace de travail.

Être attentif à son cheval pour établir une confiance mutuelle

Vous en conviendrez, pour habituer son cheval à donner le sabot, il est essentiel d’instaurer un vrai climat de confiance entre vous et l’animal. Pour cela, vous devez toujours être conscient de l’espace dont il a besoin pour évoluer. Vous avez votre bulle, lui a la sienne. 

Vous connaissez votre corps, vos capacités et vos limites. C’est une bonne chose, mais vous devez également tenir compte des caractéristiques de votre cheval :

  • son envergure ;
  • son agilité ;
  • son caractère ;
  • sa vitesse de réaction ;
  • son stress ;
  • etc.

C’est en observant son attitude que vous allez être en mesure de déterminer si votre cheval est plutôt alerte ou au contraire un peu endormi, s’il est à l’aise ou s’il gratte de la patte, etc. Tous ces éléments ont leur importance. Ils vont vous permettre d’anticiper les réactions de votre cheval, mais aussi de prendre conscience de son besoin d’être rassuré.

cheval sabot éducation A dada mon dadou

Faire preuve de psychologie envers le cheval pour l’encourager à donner le sabot

Je conseille toujours d’aborder un cheval au niveau de l’encolure. Personnellement, je ne commence jamais par la tête, sauf pour le laisser me renifler s’il le souhaite, mais dans ce cas, je ne le touche pas. Je préfère placer ma main au niveau de son épaule, la remonter puis venir la poser doucement sur son garrot. 

Si le cheval est un peu stressé, c’est un très bon moyen de le détendre. De cette façon, je peux sentir les battements de son cœur. Il me suffit de respirer profondément et de faire le vide en moi. Je suis moi-même décontracté, ce qui amène le cheval à l’être également.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le contrôle de Maths

Ne perdons pas de vue notre but principal : amener le cheval à donner le pied. Pour prendre le sabot de votre cheval, il faut déjà avoir clairement l’envie de le prendre. Si ce n’est pas vraiment le cas, votre dadou ne va pas comprendre ce que vous attendez de lui. Approchez-vous de lui et regardez le sabot que vous souhaitez prendre en main. Toutefois, ne le faites pas n’importe comment. Pour assurer votre sécurité, certaines positions sont à connaître.

Différentes positions de sécurité pour prendre le sabot

Prendre le sabot d’un membre antérieur

Placez-vous sur le côté du cheval, face à son membre antérieur, votre dos est donc tourné vers sa tête. Posez votre main au niveau de son épaule, ou juste en dessous si le cheval est très grand. Ensuite, faites-la glisser le long de sa jambe, ce qui ne manquera pas de faire réagir le cheval. Pour que celui-ci s’habitue à donner le sabot, vous avez besoin qu’il accepte ce contact.

Enseigner a son cheval a donner le sabot de son membre anterieur pour l'entretenir en toute securite.
Donner le sabot du membre antérieur. Photo par M W sur Pixabay.

Si le cheval est réticent à le faire, qu’il s’agite et que cela devient dangereux pour vous, une alternative est possible. Prenez un objet long, comme un manche à balai par exemple, qui vous permet de vous tenir à distance du cheval. Avec cet objet, commencez par venir lui toucher l’épaule. Sans trop tarder, descendez le long de la jambe, en essayant de faire en sorte que l’objet ne rebondisse pas contre son membre. Le rapport avec cet objet ne doit pas engendrer de stress, ni le blesser. S’il bouge, vous accompagnez son mouvement. Le but est que l’objet colle au plus près de la jambe du cheval pour que celui-ci finisse par accepter ce geste.

Une fois cette approche approuvée par le cheval, votre épaule contre la sienne, vous pouvez descendre votre main et l’inciter à plier le membre avant d’attraper enfin le sabot.

Sachez que quand vous prenez un sabot, vous devez poser vos mains sur ce même sabot. Il ne s’agit pas de le tenir au niveau du pli du paturon, ni à celui du canon, auquel cas vous n’auriez pas du tout de prise sur le cheval. Celui-ci peut donc s’en aller à tout moment. Avec le sabot bien en main, et tant pis s’il est très sale, si le cheval veut se dérober, vous n’avez qu’à vous redresser en conservant la pince du sabot dans vos mains. Ainsi, sans avoir à forcer, le simple fait de maintenir l’articulation pliée suffit à le bloquer et à l’empêcher de partir.

Attraper le sabot du membre postérieur

Là encore, vous devez vous placer le long du cheval. Vous devez de nouveau faire en sorte qu’il accepte le contact, mais sur sa cuisse désormais. Soyez vigilant, dans cette position, le cheval a toujours la possibilité de vous donner un coup de sabot. Ayez toujours votre cheval à portée de vue. 

Ce n’est pas si évident d’avoir constamment la tête de votre cheval en ligne de mire ! Toutefois, si vous posez la main sur son flanc, vous devriez déjà sentir si votre dadou est tendu ou pas. Vous saurez alors s’il est enclin à donner le sabot.

La main sur le flanc présente un deuxième avantage : celui de vous dégager rapidement au cas où le cheval viendrait à vous bousculer. C’est un élément de sécurité intéressant.

Vous constatez que votre cheval consent votre contact, c’est très bien. Laissez glisser votre main le long de sa jambe et faites lui comprendre qu’il doit ramener le membre sous son ventre. Saisissez le sabot, puis avancez vers l’arrière du cheval pour lui rendre la position plus confortable.

Le cheval doit accepter le contact sur sa jambe pour donner le sabot en toute securite.
Faire en sorte que le cheval accepte le contact pour donner le sabot. Photo par Schwoaze sur Pixabay.

N’oubliez pas, si le cheval ne semble pas vouloir vous faciliter les choses, la technique du manche à balai est également valable pour les membres postérieurs. L’idée est toujours la même : lui faire accepter d’être touché à la jambe et qu’il finisse par donner le pied en toute sécurité.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Lili et Betty

⏩ Vous soupçonnez la présence d’un abcès sous le sabot de votre cheval, lisez également ceci : Abcès : que faire lorsque votre cheval boite ?

Éduquer le cheval à donner le pied au maréchal-ferrant

En exerçant régulièrement votre dadou à donner le sabot, vous vous épargnez quelques contrariétés. En outre, vous faites gagner un temps précieux au maréchal-ferrant lors de ses interventions

À présent, je vous présente les positions empruntées par celui-ci lui permettant d’avoir les mains disponibles pour travailler les sabots.

Il est utile d'eduquer son cheval a donner le sabot pour permettre au marechal-ferrant de travailler dans de bonnes conditions.
Apprendre à son cheval à donner le sabot facilite le travail du maréchal-ferrant. Photo par Lindsay66 sur Pixabay.

Travailler sur le sabot des membres antérieurs

Concernant les membres antérieurs, je pose le sabot entre mes jambes, et je m’assure de garder mes genoux fléchis. Notez que mes cuisses sont mises à rude épreuve ! Néanmoins, mes deux mains restent libres. Si le cheval bouge, il me suffit de balancer mon bassin et mes genoux pour accompagner ses mouvements.

Avec un cheval bien eduque, le marechal-ferrant peut adopter une bonne position de travail.
Position du maréchal-ferrant pour travailler sur le sabot du membre antérieur. Photo par OpenClipart-Vectors sur Pixabay.

Pour travailler le dessus des sabots, la position ne sera pas tout à fait la même. Ici, je dois ramener le sabot vers l’avant, puis je le pose sur mes cuisses. Pour rendre la position plus confortable, il est conseillé de s’aider d’un trépied.

Travailler sur le sabot des membres postérieurs

Pour travailler l’intérieur du sabot d’un membre postérieur, je saisis le sabot par la pince et j’avance immédiatement vers l’arrière du cheval en soulevant son membre. Je viens ensuite poser le boulet sur ma cuisse et caler le jarret au-dessus de ma hanche. Les genoux toujours fléchis, cette position est plus facile à tenir que la précédente puisque je peux lever le membre assez haut, à condition que je me trouve bien dans l’axe du cheval.

Pour dériver des clous sur la face avant du sabot, je maintiens sa pince, et je viens me glisser sous le ventre du cheval. Je peux ainsi poser le sabot sur le haut de ma cuisse, et m’occuper de l’extérieur du sabot avec la râpe par exemple.

L’ultime astuce pour un cheval récalcitrant 

Il peut arriver qu’un cheval soit tellement nerveux que ses membres en sont complètement tétanisés. Ses pieds semblent alors vissés au sol, et vous aurez toutes les difficultés du monde à lui faire lever les sabots. Dans un premier temps, vous devrez essayer de l’amener à se détendre. Inutile de vous impatienter ou de crier. 

Mon petit truc, c’est de lui pincer les châtaignes, cette petite excroissance située sur la face interne des membres. Ce n’est pas très agréable pour le cheval, mais cela va le faire réagir. Dès que je sens qu’il va soulever la jambe, je viens chercher le sabot et je l’incite à plier la dernière articulation du membre. C’est la clé pour maintenir correctement le sabot. À ce moment-là, je dispose de tout l’appui dont j’ai besoin.

Vous disposez à présent de bonnes bases théoriques pour habituer votre cheval à donner le sabot. En fonction de son caractère, la tâche peut être plus ou moins facile. Sachez toutefois que c’est la régularité qui fait la réussite. Votre dadou sera de moins en moins stressé et consentira plus facilement à donner le pied. Si vous aussi, vous avez votre petit truc pour éduquer votre cheval à donner le pied, n’hésitez pas à le partager en commentaire.

Partager l'article