Pour que notre cheval puisse porter son cavalier de façon confortable, pour qu’il soit en bonne santé et le reste pendant longtemps, il est indispensable que le cavalier mette en place des exercices pour le muscler. Mais si tout cavalier rêve d’avoir un cheval athlétique, il n’est pas toujours évident pour lui de trouver les bons exercices pour entretenir la musculature. Je vous propose aujourd’hui 7 idées d’exercices, accessibles à tous, pour muscler son cheval facilement. Et on va voir précisément quel est l’intérêt de chaque exercice, quels sont ses bénéfices, comment les mettre en place ?… Et surtout comment savoir s’ils sont bien réalisés ?

7 idées d'exercice pour muscler son cheval facilement

Avant de commencer à vous présenter le top du top en terme de musculation, je voudrais préciser qu’il est bien sûr indispensable d’échauffer votre cheval avant chaque exercice et de faire une détente après l’exercice pour évacuer l’acide lactique secrété dans les muscles au moment de l’effort. Egalement, je voudrais vous rappelez, mais en tant que cavalier de loisir averti vous le savez déjà, aucun exercice n’a de bénéfices s’il n’est pas fait régulièrement et s’il ne tient pas compte des possibilités de votre cheval.

Exercice n°1 pour muscler son cheval : Effectuer des plans ascendants au pas avec une allure régulière

L’équitation de pleine nature, c’est mon dada ! Et même si j’aime beaucoup progresser avec mes chevaux en leur proposant des exercices en manège, il n’est pas de meilleure école à mon avis que l’équitation d’extérieur. Autant sur le plan psychique, mais ce n’est pas mon sujet d’aujourd’hui, que sur le plan physique. C’est pourquoi le premier exercice que je vous propose est d’effectuer des plans ascendants avec votre cheval au pas et en conservant une allure régulière.

Les bénéfices de l’exercice

Les bénéfices sont assez évidents. Sur une montée, le cheval va devoir fournir un effort musculaire beaucoup plus important que sur le plat. Et si vous en doutez, allez faire une petite promenade à pied !

Cependant, cet exercice apportera les plus grands bénéfices si vous le faites au pas et en étant vigilant à maintenir une allure régulière. L’avantage de le faire au pas, c’est que l’on va demander à notre cheval un effort doux mais prolongé, alors que si on effectue notre plan ascendant au trot ou au galop, on va demander à notre cheval un effort beaucoup plus explosif.

cheval sur un plan ascendant randonnée montagne
Allez, une petite sortie en montagne 😉

Et en demandant une allure régulière, plutôt soutenue, vous allez demander à votre cheval de bien gérer son effort tout le long de la montée et d’avoir une poussée constante au niveau des postérieurs. C’est donc un exercice idéal pour muscler à la fois le dos mais aussi l’arrière-main de notre cheval.

La mise en place de l’exercice

Pour la mise en place de l’exercice, vous allez avoir deux possibilités. Soit vous travaillez sur un terrain de cross ou un terrain varié de type TREC. Dans ce cas vous allez utiliser les difficultés qui sont aménagées sur le terrain, comme par exemple un chapeau de gendarme. Soit vous allez tout simplement partir en extérieur, trouver une jolie petite pente, et donc pouvoir muscler votre cheval en balade.

Comment s’autoévaluer ?

« Comment savoir si l’exercice est bien réalisé ? » est une question que l’on doit toujours avoir en tête lorsque l’on travaille son cheval car un exercice mal exécuté n’aura, au mieux, aucune efficacité, au pire travaillera votre cheval « dans le mauvais sens » et lui causera des dommages, physiques ou psychiques.

Quels sont donc les points clés de notre exercice ?

Votre cheval devra donc rester au pas, ce qui n’est déjà pas évident en soit. Beaucoup de chevaux cherchent le confort en trottinant dans les montées, alors que d’autres, un peu vifs, chauffent dans la montée et galopent sur place. Il faudra donc chercher le calme et la régularité.

Pour que l’exercice soit bénéfique pour son dos, il est essentiel que votre cheval ne renverse pas l’encolure dans la montée. Bien au contraire, il devra étirer l’encolure vers le bas et avec de la rondeur pour tendre ses muscles du dos (et donc mieux vous porter) tout en ayant un très bon engagement des postérieurs. Ce qui va avoir pour effet de développer les muscles de son arrière-main.

Enfin de son côté, le cavalier doit conserver une position en équilibre, répartissant ainsi le poids sur ses pieds. Et surtout, il doit faire attention à ne pas partir trop en avant pour ne pas surcharger les antérieurs de son cheval.

Exercice n°2 : Garder le trot sur un plan descendant

La médaille d’argent du programme de musculation idéal pour un cheval est à mon avis le plan descendant. Mais contrairement au plan ascendant, vous gagnerez en efficacité à réaliser cet exercice au trot.

Pourquoi cet exercice permet de muscler son cheval ?

Le plan descendant permet dans un premier temps d’apprendre à son cheval à se rééquilibrer vers l’arrière-main. Vous le savez certainement, le cheval porte naturellement 2/3 de son poids sur les antérieurs, ratio qui est augmenté par le poids du cavalier. Tout l’intérêt du dressage est donc d’apprendre à son cheval à transférer du poids de l’avant-main vers l’arrière-main.

Dans la descente, le cheval devra vraiment chercher cet équilibre. En lui demandant de faire l’exercice au trot, en veillant à garder une bonne impulsion et un bon engagement des postérieurs, vous allez solliciter les muscles du dos et de l’arrière-main dans une répartition d’équilibre idéale.

La mise en place

plan descendant a cheval
Euh on reste au pas dans ce genre de descente 😉

Là encore, cet exercice peut soit se dérouler dans un terrain varié ou en extérieur. Quoiqu’il en soit, il va être important d’être progressif et à l’écoute de son cheval. L’idée n’est pas d’emmener un cheval mal équilibré dans une descente avec une forte déclivité. De même, il est important de s’assurer que le terrain n’est pas glissant…

Il va falloir commencer par une petite pente, au pas. Et petit à petit, au fur et à mesure que votre cheval va trouver son équilibre de lui-même, vous pourrez augmenter la difficulté en prenant le trot et en cherchant de plus fortes pentes.

Comment s’autoévaluer ?

Comment s’autoévaluer sur cet exercice ? L’exercice sera réussi si votre cheval arrive à conserver le trot, dans l’équilibre, avec une cadence régulière et en conservant un bon engagement des postérieurs. Mais il y a une autre chose qui est essentielle : le cheval ne doit pas trouver un point d’appui sur les rênes du cavalier.

C’est un défaut assez fréquent. Souvent le cavalier est assez anxieux de trotter dans la descente. Il a donc tendance à raccourcir fortement ses rênes et à chercher un contact constant et ferme avec la bouche du cheval. Le cheval, dans ces cas-là, trouve un point d’équilibre supplémentaire en s’appuyant sur la main de son cavalier.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  7 conseils pour une bonne position assise

Avec mes jeunes chevaux, je m’oblige à laisser mes rênes longues. Je les tiens sur la boucle. L’idée est que c’est au cheval de chercher son équilibre. Il n’a pas besoin de moi pour cela. A lui de transférer son poids vers les postérieurs et de gérer sa vitesse.

Peut-être que cela peut vous faire un peu peur et c’est bien normal ! Mais rassurez-vous, vous pouvez faire confiance à votre cheval. Vous n’avez pas envie qu’il trébuche et qu’il tombe …Et bien lui non plus. Il va de lui-même réajuster son équilibre ! Par contre, le cavalier devra être vigilant à sa position pour ne pas gêner le cheval. Pensez donc à avoir un trot enlevé très très proche de la selle ou à vous mettre au trot assis, en basculant bien vos épaules vers l’arrière et vers le haut. Les jambes quant à elles ne s’avancent pas. Elles restent bien au niveau du passage de sangle pour maintenir l’impulsion.

Exercice n°3 : Demander des transitions rapprochées trot-pas et pas-trot à la longe

Il est aussi possible de muscler son cheval sans le monter. Mon troisième exercice favori pour développer la musculature de mon cheval, c’est le travail à la longe. Il y a de nombreuses choses à faire à la longe. Le titre de cet article étant les « 7 exercices » et non les 71, il a bien fallu choisir ! Je vous propose donc un focus sur les transitions rapprochées trot-pas, pas-trot sur le cercle à la longe.

Les bénéfices de l’exercice

Tout comme les exercices en plan descendant, les transitions rapprochées vont être un moyen d’apprendre à son cheval à transférer du poids de son avant-main vers son arrière-main. L’avantage de faire cet exercice à la longe est que le poids du cavalier et son éventuelle inertie, ne vont pas perturber le cheval.

J’ai choisi de vous présenter des transitions trot-pas et pas-trot car elles sont accessibles à tous les types de chevaux et aux longeurs peu expérimentés. Si vous êtes un expert de la longe, vous pouvez très bien faire le même exercice sur des transitions galop-pas, ou trot-arrêt.

La mise en place

En fonction de l’expérience du cheval et du longeur, on va plus ou moins rapprocher les transitions. Sur l’extrait de vidéo que vous trouvez ci-dessous, extrait de la plateforme d’exercices Dadou s’active, je travaille mon poney Qoyotte sur des transitions à chaque quart de cercle.

Pour en savoir plus sur la plateforme Dadou s’active : cliquez ici

Commencez donc par installer votre cheval sur le cercle. (Si vous avez des difficultés à l’éloigner de vous, je vous conseille cet article : Comment mettre son cheval sur le cercle ?)  Vous allez ensuite lui demander des transitions d’allures en étant extrêmement vigilant à l’engagement des postérieurs. L’idée est que si votre cheval met trop de poids sur ses épaules au moment de la transition descendante trot-pas, il ne va pas pouvoir, deux foulées plus tard, être de nouveau dans un trot équilibré. La répétition de cet exercice va obliger votre cheval à garder son poids vers les postérieurs, même pendant la transition descendante. Il va donc constamment utiliser ses muscles pour ajuster son équilibre et pousser avec les postérieurs, et donc muscler son arrière-main, au moment de la transition montante.

Comment s’autoévaluer ?

L’autoévaluation sur cet exercice est assez simple. Il vous suffit de prendre un point de repère, par exemple les lettres du manège. Anticiper vos demandes, en vous disant par exemple, en A, je pars au trot et en X, je transitionne au pas. Vous pouvez alors facilement évaluer si votre transition s’est faite au bon endroit.

Exercice n°4 : Demander une épaule-en-dedans au pas

Pour muscler son cheval, les exercices de déplacement latéraux sont aussi excellents. Comme selon la Guérinière, « l’épaule en-dedans est la première et la dernière leçon que l’on doit donner à son cheval », je vous propose de nous intéresser à l’épaule en-dedans au pas.

Les bénéfices de l’exercice

Dans l’épaule en-dedans, le cheval se déplace sur trois ou quatre pistes (cf schéma ci-dessous), en amenant ses antérieurs en piste intérieure. Ce mouvement demande au cheval une flexion latérale de la colonne vertébrale, étirant ainsi ses muscles dorsaux du côté extérieur.  Du côté intérieur, le fort engagement du postérieur interne sollicite la sangle abdominale, ainsi que le renforcement des muscles de l’arrière-main, liés à la flexion de hanche et à la propulsion.

C’est donc « le top one » des exercices de dressage lorsqu’il s’agit de favoriser la souplesse et la musculature du cheval en manège.

schéma épaule en dedans fiches outils A dada mon dadou
Schéma épaule-en-dedans : fiches outils Dadou s’active

La mise en place

Pour mettre en place cet exercice, il s’agit d’abord de bien comprendre dans quelle disposition on souhaite mettre le cheval. Cela ne doit pas être pour vous un vague « concept » mais une réalité technique avant de vous lancer, au risque de tordre le cheval dans tous les sens.

Le plus facile est de d’abord placer votre cheval sur une volte dans un coin du manège, admettons piste à main gauche. Sur votre volte, vous allez mettre en place vos aides de l’incurvation :

La main gauche donne le pli

La main droite, grâce à la rêne régulatrice maintient les épaules

La jambe extérieure isolée est vigilante si les hanches dérapent

La jambe intérieure, autour de laquelle le cheval s’incurve, va maintenir l’impulsion.

A la fin de votre volte, vous allez partir le long de la piste, en maintenant votre cheval dans la même disposition que sur la volte. Vous allez alors maintenir le pli, sortir les épaules du cheval de la piste par un mouvement parallèle de vos deux mains, et renforcer l’action de votre jambe intérieure. Le poids du cavalier va se répartir différemment en fonction des écoles … Le poids du cavalier est légèrement sur votre fesse gauche (si vous êtes Français) et sur votre fesse droite (si vous êtes Allemand). En soit, peu importe, faites confiance à votre ressenti.

Une fois que vous avez effectué quelques pas en épaules en-dedans, revenez à nouveau placer votre cheval sur une volte, et félicitez-le avant de faire l’exercice à l’autre main.

Comment s’autoévaluer ?

L’exercice est correctement réalisé si le cheval :

Maintien son impulsion

Ne tord pas son encolure

Décale ses antérieurs en piste intérieure tout en conservant les postérieurs sur la piste.

Si votre cheval se déplace sur trois pistes, alors en piste à main gauche, l’antérieur droit se retrouve sur la même ligne que le postérieur gauche. Si vous êtes sur un travail sur quatre pistes, l’angle est plus fort et chaque membre suit sa propre ligne.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Et si on parlait ...de vous ?

Exercice n°5 : Travailler les départs au galop par prise d’équilibre à partir du pas

Un autre exercice du type dressage que j’apprécie particulièrement est le départ au galop par prise d’équilibre à partir du pas.

Les bénéfices de l’exercice

Là encore, comme dans les exercices précédents, le cheval va devoir basculer son équilibre vers l’arrière-main en abaissant les hanches et effectuer une forte poussée des postérieurs, ce qui favorise le renforcement des muscles abdominaux. Et si vous êtes bien avancé au niveau de la technique équestre, vous allez pouvoir demander le départ au galop par prise d’équilibre en conservant les aides de l’incurvation.

La mise en place

Commencez par bien échauffer votre cheval et à « réviser vos acquis » en demandant à votre cheval des départs au galop par prise d’équilibre à partir du trot dans une zone bien définie. Dans cette même zone, par exemple deux plots espacés de 4 mètres, demandez à votre cheval de repasser au pas, puis de partir au galop sur le bon pied sans passer par le trot.

cheval qui part au galop à faux ou à juste

Comment s’autoévaluer ?

L’autoévaluation sur cet exercice est assez simple. Si votre cheval part par prise d’équilibre, dans la zone définie, sur le bon pied et sans passer par le trot, c’est gagné ! Si votre cheval a besoin d’accélérer le pas ou de partir au trot pour enclencher le galop, c’est que vous faites un départ au galop par perte d’équilibre. Votre cheval bascule alors son poids vers l’avant-main et « tombe » dans le galop. Dans le départ au galop par prise d’équilibre, le cheval n’a pas besoin d’accélérer l’allure précédente, il a même tendance à ralentir l’allure au moment où il bascule son poids vers l’arrière-main et engage une poussée des postérieurs.

Exercice n°6 : Mécaniser son cheval sur une ligne d’obstacle à une foulée

L’équitation de pleine nature, le dressage et le travail à la longe sont d’excellents exercices pour maintenir et développer la musculature de votre cheval. L’obstacle n’est pas en reste ! Les exercices à l’obstacle sont excellents en termes de gymnastique.

Les bénéfices de l’exercice

Sur une ligne d’obstacle à une foulée, le cheval va devoir encore une fois veiller à ne pas se déséquilibrer vers l’avant-main pour pouvoir enchaîner les différents obstacles. Si votre cheval réceptionne le premier obstacle en étant sur les épaules, il va être très compliqué pour lui d’avoir une poussée correcte des postérieurs sur l’obstacle suivant. Enchaîner des sauts rapprochés demande, comme pour les exercices précédents, de solliciter les muscles du dos et de l’arrière-main dans un équilibre optimal. Mais cela va aussi faire travailler l’avant-main en sollicitant la montée des épaules et donc en améliorant le geste du cheval.

cheval obstacle croisillon

La mise en place

Pour un petit cheval ou un double-poney, vous allez installer 4 obstacles espacés de 5m50. Si votre cheval est plus grand, vous pourrez alors augmenter l’espace entre les barres à 6m, ou même 6m50 pour les grands chevaux. Ce qui va être très important, c’est de tester que l’écart entre les obstacles correspondent bien à une foulée de votre cheval. Pour cela, vous allez d’abord installer vos barres au sol et franchir le dispositif au galop pour vérifier si l’espacement est correct. Vous allez pouvoir ensuite monter vos obstacles. Si votre cheval n’est pas un habitué de l’obstacle, je vous conseille de monter les 4 obstacles progressivement, en commençant par le dernier, ce qui est plus visuel pour lui et lui laisse le temps de se préparer.

ligne obstacle a une foulée
La barre de réglage est intéressante pour un abord au trot avec des chevaux qui ont tendance à chauffer

Comme c’est un exercice gymnastique, rien de sert de monter très haut les barres pour avoir un effet sur l’équilibre et la musculature de votre cheval. Vous pouvez conserver des croisillons, ou installez des verticaux, comme vous le souhaitez.

Comment s’autoévaluer ?

Le franchissement des 4 obstacles doit se faire de manière fluide et régulière. Un petit galop cadencé, une foulée, je saute, une foulée, je saute … Chaque saut doit avoir la même régularité, il ne s’agit pas de sauter très fort le premier obstacle pour se retrouver serré à l’abord du deuxième. L’idée est que le cheval doit être bien calé dans la ligne pour que l’exercice se franchisse sans efforts.

Exercice n°7 : Franchir des barres au sol surélevées avec l’exercice du serpent

Pour finir notre tour d’horizon du top 7 des meilleurs exercices pour muscler son cheval, je vous propose de nous intéresser à un exercice d’équifun : l’exercice du serpent. Mais en nous concentrant sur l’option B, en bleue sur le schéma, c’est-à-dire en sautant le dispositif et non en le contournant.

equifun exercice du serpent
Source de l’image: www.ffe.com

Comment cet exercice peut muscler mon cheval ?

Les bénéfices de l’exercice du « serpent » vont être les mêmes que ceux de la ligne d’obstacle à une foulée. Simplement, l’espacement entre les barres va se réduire et vous allez franchir le dispositif comme une succession de sauts de puce. C’est-à-dire qu’il n’y a pas de foulées intermédiaires, le cheval saute, réceptionne, saute, réceptionne…

Cela va demander un plus grand effort au niveau des postérieurs, le cheval devant avoir un très bon équilibre vers l’arrière-main pour franchir le dispositif correctement.

Pour est-ce que j’ai choisi cet exercice du serpent, en barres au sol surélevées alternativement, plutôt qu’une ligne d’obstacle classique avec un saut de puce ?

Par ce que le fait que les barres au sol soient surélevées de façon alternative va inciter le cheval a bien sauter au milieu du dispositif. Egalement le dispositif est moins impressionnant. C’est donc tout à fait adapté à un cheval qui ne pratiquerait pas souvent l’obstacle.

La mise en place

Installez 3 barres au sol espacées de 3 m (si vous avez un grand cheval, préférez 3m50). Comme pour l’exercice précédent, je vous invite à d’abord tester le dispositif au sol pour vérifier qu’il est bien adapté aux foulées de votre cheval. Ensuite surélevez un côté seulement des barres, de manière alternative, comme sur l’image ci-dessous. L’exercice se fait au galop.

exercice du serpent equifun
Source : www.ffe.com

Comment s’autoévaluer ?

L’exercice est réussi lorsque le cheval franchit la ligne de façon fluide, en confiance et de manière régulière.

Il y a beaucoup de façons différentes de muscler son cheval : On peut le muscler sans le monter. On peut muscler son cheval en balade. L’obstacle et le dressage sont aussi excellents moyens pour muscler l’arrière-main, le dos et les abdos du cheval. Mais vous aurez beau avoir le meilleur programme de musculation pour votre cheval, rien de ne sera efficace si l’exercice n’est pas fait régulièrement et progressivement. Pour avoir des chevaux musclés et athlétiques, je vous conseille d’établir un programme de travail …et de vous y tenir !

Et vous quel est votre exercice favori pour muscler votre Dadou ? Partagez-moi vos idées et astuces dans les commentaires !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
  •  
  •  
  • 4