Travailler son cheval à la longe est pour moi indispensable pour avoir un cheval à l’écoute, musclé et bien équilibré. (cf. Mon secret pour avoir un cheval athlétique). Malheureusement, ce travail est peu enseigné. On se focalise plutôt sur le travail monté.

Lorsque les cavaliers deviennent propriétaires ou acquièrent une demi-pension c’est souvent seuls et sur le tas qu’ils apprennent les maniements de la longe, parfois à leur dépends. Je vous propose donc un petit article qui résume les 10 erreurs les plus souvent commises et comment les éviter.

travail à la la longe

Ma jument Sannya avec un de mes élèves

 

Erreur n°1 : Faire de longues séances

Le travail à la longe est assez éprouvant pour le cheval, tant physiquement que mentalement. Il est donc important de faire des séances courtes et répétées plutôt que des séances longues. Personnellement, je travaille mes chevaux sur des séances de 30 à 40 minutes, échauffement et remise au calme compris.

Erreur N°2: Lancer son cheval au trot ou au galop rapidement

Souvent lorsque les cavaliers découvrent la longe, ils ne savent pas trop où regarder et quoi travailler …Du coup, au pas, ils ont l’impression de ne rien faire et passent très vite dans le trot ou dans le galop. J’ai rencontré plusieurs chevaux qui ne savaient pas marcher au pas à la longe. C’est pourtant essentiel ! Au pas vous allez établir les codes de communication et c’est au pas que vous allez les confirmer. C’est aussi d’abord au pas que se travaillent l’engagement des postérieurs, l’incurvation, la tension de longe … Et bien sûr, c’est au pas que vous allez d’abord échauffer votre cheval.

Donc prenez votre temps et posez les choses au pas.

Erreur n°3 : Travailler toujours à la même main (ou de façon déséquilibrée).

Depuis tout petit, nous avons appris à nous placer à la gauche de notre cheval. (La plupart du temps, d’ailleurs, nous ne savons même pas pourquoi) et c’est donc naturellement que nous allons longer notre cheval à main gauche. Beaucoup de cavaliers sortent de leur zone de confort lorsqu’ils longent à main droite (c’est mon cas). Néanmoins, il est essentiel de travailler votre cheval aux deux mains, pour qu’il soit aussi souple d’un côté que de l’autre.

Je vous conseille aussi de regarder votre cheval au travail et de chercher à savoir quel est son côté de prédilection. Ainsi, si votre cheval est plus souple à main gauche, il sera d’autant plus important de le longer à main droite.

Astuce : préférez toujours terminer votre séance à la main la plus facile pour votre cheval. C’est important pour son moral de terminer sur quelque chose de facile.

Erreur n°4 : Utiliser votre chambrière comme un fouet

Je passe ma vie à le répéter à mes élèves : “Vous n’êtes pas un dresseur de tigres”. Donc vous ne devez JAMAIS faire claquer votre chambrière. Vous risquez alors d’effrayer votre cheval et de dire adieu à la décontraction que vous étiez venu chercher à la longe.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Découvrez les bienfaits du trotting

L’action de la chambrière est douce. Elle est le prolongement de votre main.

Erreur n°5 : Croire que c’est la chambrière qui fait avancer le cheval

L’action de la chambrière ne doit pas être d’avancer (sinon vous vous retrouvez dans la position du dresseur de tigre). 3 choses essentielles mettent votre cheval en mouvement en avant :

1/ votre positionnement

2/ votre voix

3/ votre tension de longe vers l’avant

Erreur n°6 : Longer sans chambrière

Si effectivement vous n’utilisez pas votre chambrière pour mettre votre cheval en mouvement en avant, alors à quoi sert-il d’en prendre une ? La chambrière vous permet avant tout d’agir sur l’équilibre de votre cheval. L’action de chambrière se fait essentiellement au niveau de l’épaule intérieur ou du passage de sangle pour éviter que votre cheval ne se couche sur le cercle et vienne à le couper.

De même à force de travailler à la longe, certains chevaux perdent de l’amplitude sur le l’antérieur interne. Avec votre chambrière vous agissez directement sur l’épaule interne pour garder de l’amplitude de mouvement.

Si vous cheval y est habitué (ce qui est le cas avec les chevaux de voltige) vous pouvez aussi avoir des actions de chambrière devant votre cheval, pour le ralentir, pour le redresser s’il a tendance à trop partir vers l’avant. De même cela peut également vous servir à vous reconnecter avec votre cheval, notamment s’il a peur de quelque chose dans le public, à l’extérieur de la piste.

Erreur n°7 : Avoir une longe qui traîne par terre

Si il y a bien une chose que j’ai appris à la longe depuis que je travaille mes chevaux en voltige, c’est la nécessité absolue d’avoir une longe tendue. C’est par là que tout se fait …. et c’est au cheval de tendre sa longe.

Je dis souvent à mes élèves, imaginez que vous êtes au téléphone avec votre cheval (oui, je sais, faut un peu d’imagination) et que votre longe représente le réseau. Si votre longe est tendue …c’est que vous avez la 4G ! Dès que vous voulez communiquer avec votre cheval, l’information passe tout de suite : Message reçu. Par contre dès que votre longe se détend, vous n’avez plus de réseau. Votre cheval entend mal ce que vous lui dites. Et c’est tellement gênant de ne comprendre un mot sur deux qu’il a envie de raccrocher …

Avec mon poney Qoyotte, j’avais toujours un problème au niveau du maintien du galop. J’avais beau utiliser ma chambrière pour le pousser, le pousser, le pousser (erreur n° 5)… Il repassait systématiquement au trot après quelques tours à fond les ballons et dans le déséquilibre. A partir du moment où j’ai réussi à le galoper sur une longe tendue, je n’ai plus eu besoin de le solliciter avec ma chambrière et il a tenu ses tours de galop. Il suffisait juste de l’accompagner avec un mouvement de poignet et d’épaule avec la main droite, si je longeais main droite.

Erreur n°8 : Travailler toujours le cercle

Il y a beaucoup de choses à travailler à la longe. Rester toujours sur le même cercle va blaser votre cheval et n’aura pas grand impact sur son équilibre et sa locomotion. Il est nécessaire de garder votre cheval actif en lui demandant pleins de choses : de faires des transitions, d’aller sur la piste, de varier la taille du cercle, de varier son allure …Recherchez des exercices à faire. En voici déjà un, l’exercice de la spirale. Je vous en proposerai d’autres bientôt en vidéo 🙂

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Travail à la longe, les indispensables

Erreur n°9: Enrêner votre cheval dès le début de la séance

Cela paraît évident, pourtant je vois trop de fois des chevaux non échauffés arriver dans le manège déjà enrênés. Il est essentiel d’offrir à votre cheval un moment avant le corps de votre séance et à la fin de la séance non-enrêné. De même, ne vous sentez pas obligé de toujours enrêner et garder à l’esprit que tout ce que vous faites avec un enrênement, vous pourriez aussi le faire sans. Certes en un peu plus de temps. J’utilise moi aussi des enrênements avec mes chevaux de voltige, néanmoins votre cheval, longé comme monté, doit apprendre à s’équilibrer de lui-même.

Erreur n°10 : Reculer lorsque votre cheval coupe

C’est une chose qui n’a rien d’évident et j’ai moi-même mis pas mal de temps avant d’y arriver.  Lorsque notre cheval coupe le cercle, si on a suivi le conseil n°7, à savoir de garder sa longe tendue, on a envie de reculer d’un pas et de raccourcir notre longe…Parfois, on le fait même sans s’en rendre compte.

Alors que faut-il faire si votre cheval coupe le cercle ?

Je vais vous demander d’imaginer qu’au centre de votre cercle, il y a un bac d’eau et que vous êtes le cheval dominant du troupeau. Que feriez-vous si pendant que vous buviez un autre cheval venait vers le bac d’eau ? Evidemment vous baisseriez les oreilles et feriez un pas de mécontentement vers lui pour lui signifier : “ Je suis en train de boire et je n’ai pas fini. Je suis le dominant et je bois en premier. C’est écrit dans le code de la hiérarchie !”

Et bien à la longe, c’est pareil. A défaut de pouvoir baisser les oreilles, signifiez-lui votre mécontentement en raccourcissant votre longe, en faisant un pas vers lui et en le repoussant d’une action de chambrière sur l’épaule. Vous pouvez également lui dire “ta place” ou “piste”. (Attention à l’intensité dans votre action de chambrière. Elle doit rester douce)

Une fois que votre cheval est revenu sur son cercle, détendez-vous à nouveau et accompagnez-le d’un geste souple de l’épaule et du poignet.

Et vous, comment longez-vous votre cheval ?

Si cet article vous a été utile, je vous invite à le partager ! Il pourrait aider l’un de vos amis !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    79
    Partages
  • 79
  •  
  •