10 erreurs courantes à la longe

Travailler son cheval à la longe est pour moi indispensable pour avoir un cheval à l’écoute, musclé et bien équilibré. (cf. Mon secret pour avoir un cheval athlétique). Malheureusement, ce travail est peu enseigné. On se focalise plutôt sur le travail monté.

Lorsque les cavaliers deviennent propriétaires ou acquièrent une demi-pension c’est souvent seuls et sur le tas qu’ils apprennent les maniements de la longe, parfois à leur dépends. Je vous propose donc un petit article qui résume les 10 erreurs les plus souvent commises et comment les éviter.

travail à la la longe

Ma jument Sannya avec un de mes élèves

 

Erreur n°1 : Faire de longues séances

Le travail à la longe est assez éprouvant pour le cheval, tant physiquement que mentalement. Il est donc important de faire des séances courtes et répétées plutôt que des séances longues. Personnellement, je travaille mes chevaux sur des séances de 30 à 40 minutes, échauffement et remise au calme compris.

Erreur N°2: Lancer son cheval au trot ou au galop rapidement

Souvent lorsque les cavaliers découvrent la longe, ils ne savent pas trop où regarder et quoi travailler …Du coup, au pas, ils ont l’impression de ne rien faire et passent très vite dans le trot ou dans le galop. J’ai rencontré plusieurs chevaux qui ne savaient pas marcher au pas à la longe. C’est pourtant essentiel ! Au pas vous allez établir les codes de communication et c’est au pas que vous allez les confirmer. C’est aussi d’abord au pas que se travaillent l’engagement des postérieurs, l’incurvation, la tension de longe … Et bien sûr, c’est au pas que vous allez d’abord échauffer votre cheval.

Donc prenez votre temps et posez les choses au pas.

Erreur n°3 : Travailler toujours à la même main (ou de façon déséquilibrée).

Depuis tout petit, nous avons appris à nous placer à la gauche de notre cheval. (La plupart du temps, d’ailleurs, nous ne savons même pas pourquoi) et c’est donc naturellement que nous allons longer notre cheval à main gauche. Beaucoup de cavaliers sortent de leur zone de confort lorsqu’ils longent à main droite (c’est mon cas). Néanmoins, il est essentiel de travailler votre cheval aux deux mains, pour qu’il soit aussi souple d’un côté que de l’autre.

Je vous conseille aussi de regarder votre cheval au travail et de chercher à savoir quel est son côté de prédilection. Ainsi, si votre cheval est plus souple à main gauche, il sera d’autant plus important de le longer à main droite.

Astuce : préférez toujours terminer votre séance à la main la plus facile pour votre cheval. C’est important pour son moral de terminer sur quelque chose de facile.

Erreur n°4 : Utiliser votre chambrière comme un fouet

Je passe ma vie à le répéter à mes élèves : “Vous n’êtes pas un dresseur de tigres”. Donc vous ne devez JAMAIS faire claquer votre chambrière. Vous risquez alors d’effrayer votre cheval et de dire adieu à la décontraction que vous étiez venu chercher à la longe.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment évaluer la vitesse de son cheval ?

L’action de la chambrière est douce. Elle est le prolongement de votre main.

Erreur n°5 : Croire que c’est la chambrière qui fait avancer le cheval

L’action de la chambrière ne doit pas être d’avancer (sinon vous vous retrouvez dans la position du dresseur de tigre). 3 choses essentielles mettent votre cheval en mouvement en avant :

1/ votre positionnement

2/ votre voix

3/ votre tension de longe vers l’avant

Erreur n°6 : Longer sans chambrière

Si effectivement vous n’utilisez pas votre chambrière pour mettre votre cheval en mouvement en avant, alors à quoi sert-il d’en prendre une ? La chambrière vous permet avant tout d’agir sur l’équilibre de votre cheval. L’action de chambrière se fait essentiellement au niveau de l’épaule intérieur ou du passage de sangle pour éviter que votre cheval ne se couche sur le cercle et vienne à le couper.

De même à force de travailler à la longe, certains chevaux perdent de l’amplitude sur le l’antérieur interne. Avec votre chambrière vous agissez directement sur l’épaule interne pour garder de l’amplitude de mouvement.

Si vous cheval y est habitué (ce qui est le cas avec les chevaux de voltige) vous pouvez aussi avoir des actions de chambrière devant votre cheval, pour le ralentir, pour le redresser s’il a tendance à trop partir vers l’avant. De même cela peut également vous servir à vous reconnecter avec votre cheval, notamment s’il a peur de quelque chose dans le public, à l’extérieur de la piste.

Erreur n°7 : Avoir une longe qui traîne par terre

Si il y a bien une chose que j’ai appris à la longe depuis que je travaille mes chevaux en voltige, c’est la nécessité absolue d’avoir une longe tendue. C’est par là que tout se fait …. et c’est au cheval de tendre sa longe.

Je dis souvent à mes élèves, imaginez que vous êtes au téléphone avec votre cheval (oui, je sais, faut un peu d’imagination) et que votre longe représente le réseau. Si votre longe est tendue …c’est que vous avez la 4G ! Dès que vous voulez communiquer avec votre cheval, l’information passe tout de suite : Message reçu. Par contre dès que votre longe se détend, vous n’avez plus de réseau. Votre cheval entend mal ce que vous lui dites. Et c’est tellement gênant de ne comprendre un mot sur deux qu’il a envie de raccrocher …

Avec mon poney Qoyotte, j’avais toujours un problème au niveau du maintien du galop. J’avais beau utiliser ma chambrière pour le pousser, le pousser, le pousser (erreur n° 5)… Il repassait systématiquement au trot après quelques tours à fond les ballons et dans le déséquilibre. A partir du moment où j’ai réussi à le galoper sur une longe tendue, je n’ai plus eu besoin de le solliciter avec ma chambrière et il a tenu ses tours de galop. Il suffisait juste de l’accompagner avec un mouvement de poignet et d’épaule avec la main droite, si je longeais main droite.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  [LIVRE] 101 exercices de saut d'obstacles

Erreur n°8 : Travailler toujours le cercle

Il y a beaucoup de choses à travailler à la longe. Rester toujours sur le même cercle va blaser votre cheval et n’aura pas grand impact sur son équilibre et sa locomotion. Il est nécessaire de garder votre cheval actif en lui demandant pleins de choses : de faires des transitions, d’aller sur la piste, de varier la taille du cercle, de varier son allure …Recherchez des exercices à faire. En voici déjà un, l’exercice de la spirale. Je vous en proposerai d’autres bientôt en vidéo 🙂

Erreur n°9: Enrêner votre cheval dès le début de la séance

Cela paraît évident, pourtant je vois trop de fois des chevaux non échauffés arriver dans le manège déjà enrênés. Il est essentiel d’offrir à votre cheval un moment avant le corps de votre séance et à la fin de la séance non-enrêné. De même, ne vous sentez pas obligé de toujours enrêner et garder à l’esprit que tout ce que vous faites avec un enrênement, vous pourriez aussi le faire sans. Certes en un peu plus de temps. J’utilise moi aussi des enrênements avec mes chevaux de voltige, néanmoins votre cheval, longé comme monté, doit apprendre à s’équilibrer de lui-même.

Erreur n°10 : Reculer lorsque votre cheval coupe

C’est une chose qui n’a rien d’évident et j’ai moi-même mis pas mal de temps avant d’y arriver.  Lorsque notre cheval coupe le cercle, si on a suivi le conseil n°7, à savoir de garder sa longe tendue, on a envie de reculer d’un pas et de raccourcir notre longe…Parfois, on le fait même sans s’en rendre compte.

Alors que faut-il faire si votre cheval coupe le cercle ?

Je vais vous demander d’imaginer qu’au centre de votre cercle, il y a un bac d’eau et que vous êtes le cheval dominant du troupeau. Que feriez-vous si pendant que vous buviez un autre cheval venait vers le bac d’eau ? Evidemment vous baisseriez les oreilles et feriez un pas de mécontentement vers lui pour lui signifier : “ Je suis en train de boire et je n’ai pas fini. Je suis le dominant et je bois en premier. C’est écrit dans le code de la hiérarchie !”

Et bien à la longe, c’est pareil. A défaut de pouvoir baisser les oreilles, signifiez-lui votre mécontentement en raccourcissant votre longe, en faisant un pas vers lui et en le repoussant d’une action de chambrière sur l’épaule. Vous pouvez également lui dire “ta place” ou “piste”. (Attention à l’intensité dans votre action de chambrière. Elle doit rester douce)

Une fois que votre cheval est revenu sur son cercle, détendez-vous à nouveau et accompagnez-le d’un geste souple de l’épaule et du poignet.

Et vous, comment longez-vous votre cheval ?

Si cet article vous a été utile, je vous invite à le partager!  Il pourrait aider l’un de vos amis !

PS: pour partager sur Pinterest, utilisez la bannière ci-dessous 😉

cheval longe 10 erreurs

Partager l'article

Partagez sur les réseaux

Articles populaires

Thèmes du blog

Laisser un commentaire

10 Commentaires

  1. Kelly

    Merci pour ce super article! J’ai toujours regretté de n’avoir jamais appris correctement l’art de la longe en manège.

    Réponse
    • Aurélie A dada mon Dadou

      Merci beaucoup ! Je prépare une petite série de vidéos sur la long en complément de mon livre. Bientôt en ligne sur Youtube ! En espérant que cela puisse vous aider 🙂

      Réponse
  2. Kelly

    Votre article est complètement en accord avec l’idée que je me fais du travail à pieds. Étant Groom concours la longe fait partit de mon travail de tout les jours. J’aimerai beaucoup échangé avec vous par mail sur un problème que rencontre je penses que vous une personne qui m’aider à comprendre in cheval que j’ai au travail.

    Réponse
    • Aurélie A dada mon Dadou

      Bonjour, merci beaucoup de votre commentaire. Suite à de nombreuses demandes de coaching, notamment sur le travail à la longe, je suis en train de mettre en place une page dédiée au coaching, histoire de ne pas me faire trop débordée (car j’ai un centre équestre à gérer à côté). Néanmoins, tant que cette page n’est pas prête, vous pouvez bien sûr m’envoyer un petit mail en me décrivant votre cheval et votre travail et je me ferai un plaisir de vous conseiller 🙂 : [email protected] A bientôt

      Réponse
  3. Le Crash Test - blog équestre

    Article très intéressant et bien construit ! Je trouve très chouette l’idée des séances de coaching vidéos en longe ! Hâte de voir ça !

    Réponse
  4. Hegozaldi, du blog PONY DRIVER.

    Article très sympa, concis juste comme il faut, et plein de bonnes indications ! ♥
    Petit ajout : Avant d’espérer avoir un cheval parfait en longe, il faut aussi se rappeler qu’ils n’ont pas tous le même niveau, le même équilibre et les mêmes capacités (ici comprendre que : oui, tous les chevaux peuvent tourner à la longe, mais qu’à un moment T. ils n’auront pas forcément les mêmes facilités, le même équilibre et la même aisance). Il y a tellement de personnes qui paniquent sur Internet parce que bébé poney ne tourne pas aussi bien que son voisin que ça me semble utile de le souligner ! Comme le reste, ça vient avec le travail.

    Réponse
  5. jeanne gerondeau

    Bonjour. Merci pour votre article. Je fais un travail de ré-éducation sur un cheval rétif (froid, très froid). Il a été mal débourré je pense à cause de son caractère de base qui lui a valu un débourrage trop rapide pour son caractère : se planter sur ses pieds, envahir votre espace, bousculer avec ses épaules, présenter son c.., taper, ruer, se cabrer, tout cela dès qu’on lui demande de bouger ses épaules. Ce genre de cheval placide en apparence, qui semble insensible, peu réactif, demande plus de temps que la moyenne (contrairement aux chevaux qui ont le réflexe de fuite). Or le centre équestre auquel la propriétaire a confié son débourrage a un prix fixe pour un mois et demi de travail maximum au style « western ». Le cheval livré « clé en main ». Pendant ce mois et demi, la propriétaire était absente. le cheval livré ainsi ne sait pas marcher correctement en longe, ne connait aucun code monté de base, se défend en vous marchant dessus, en vous présentant ses postérieurs, vous menaçant en se cabrant et moulinant ses antérieurs dès que vous lui demandez de pousser son épaule. On ne peut le lancer dans ces conditions sur le cercle sans se prendre un coup de sabot. Je dois d’abord lui faire m’accepter de marcher à son épaule, à sa gauche, puis à sa droite (très difficile exercice car il vous double en vous barrant le chemin vers l’avant avec son épaule, puis vous tractant vers l’extérieur, il vous présente sa croupe si par malheur, la longe vous glisse un peu dans la main. Il m’est arrivé d’avoir ses sabots à 10cm de mon thorax une fois). Inutile de vous dire qu’il n’est absolument pas prêt d’être longé et, selon moi, encore moins d’être monté. On nous a dit qu’il était débourré aux trois allures à la western dans un rond de longe (je n’y connais rien en western – j’ai débourré 7 juments à la façon classique du travail à pied méthode « éthologique » jusqu’au parcours de 6 obstacles de 60/70cm – je fais cela gracieusement pour apprendre). je l’ai monté une fois, à cru en extérieur. Il suivait les autres chevaux, n’a pas essayé de me balancer comme il l’a fait avec sa propriétaire (qui n’ose plus le monter) même quand le l’ai forcé à rester au pas alors que les autres s’éloignaient au galop dans un virage. Mais quand il est tout seul, il refuse d’avancer, de tourner, de faire le moindre pas en extérieur monté, surtout dans le sens de l’éloignement des copains. L’année dernière(l’année de son débourrage), J’ai vu la monitrice qui a fait le débourrage lui donner de grands coups de cravache pour le faire avancer sur la route quand la propriétaire était dessus. Cette dernière le fouettait de toute ses forces avec le bout des longues rênes western. Je dois le reprendre comme s’il n’a jamais été débourré. Là j’en suis au travail en longe justement et ses progrès sont en yo-yo. Je longe avec une longe étho e 3m70, pour mieux contrôler ses épaules et surtout sa tête, je le suis sur le cercle et reste à distance de 2m5, sans chambrière. A gauche, pas trop de souci, même s’il a tendance de venir couper le cercle pour essayer de me pousser avec l’épaule. je le repousse des deux mains au niveau de l’épaule en surveillant sa croupe. A droite, je dois le mettre contre la clôture à main gauche pour lui bloquer le passage vers la gauche, puis l’inviter à aller à droite avec la main droite, le poussant en tournant la longe avec la main gauche. ne pouvant s’opposer en forçant vers la gauche, il est obligé de prendre à droite. Pour le moment je n’ai pas d’autres options plus cool que celle là. Mais cela veut dire qu’il pense encore à s’opposer. On m’a suggéré de le travailler en liberté en lui demandant des changements de mains très souvent pour contrôler ses pieds. Ce qu’il exécute assez bien. C’est plus sécuritaire pour moi, car il est loin de moi. Cela marche sur une séance. Et dès celle d’après il se défend à nouveau en poussant avec ses épaules dans le sens contraire à celui demandé. Auriez-vous des exercices à me conseiller ? Merci.

    Réponse
    • Aurélie A dada mon Dadou

      Bonjour Jeanne, j’ai lu votre question avec un grand intérêt. Le cas de votre cheval est bien difficile car « livrer un cheval clef en main » avec comme « éducation » le fouetter avec les rênes … C’est incompréhensible ! Le gros problème est que le cheval est plus qu’irrespectueux. Il est dangereux, comme vous le dites ces postérieurs sont passés à 10 cm de votre thorax. Autrement dit, vous avez failli mourir ! Et de toute façon la propriétaire ne veut plus monter sur son cheval! Vous savez, et je comprends peut être que ce que je vais vous dire vous choque, mais aucun cheval ne mérite que vous vous mettiez en danger de mort. Un cheval qui tape volontairement est dangereux et je ne pense pas qu’il soit opportun de continuer le travail. Épanouissez vous avec vos bons chevaux, que vous avez débourrés vous mêmes et qui sont gentils. Je sais que ce cheval n’a pas demandé à être maltraité lors de son débourrage, il n’y peut rien, c’est nul mais pourtant je vous déconseille de continuer le travail maintenant plutôt que de prendre cette décision dans un fauteuil roulant. Et personnellement, je ne travaillerai jamais un cheval aussi irrespectueux en liberté ! Vous avez peut être l’impression d’être plus en sécurité parce qu’il est loin de vous …mais que se passera-t il s’il fonce vers vous ?

      Réponse

Laisser un commentaire

Qui suis-je

Bonjour, je suis Aurélie Seguin, Cavalière depuis mes 5 ans et monitrice d’équitation depuis + de 15 ans. Je dédie ce blog à tous les cavaliers désireux d’apprendre à bien s’occuper de leur Dadous.