La troisième semaine de mon défi, amener un cheval du niveau débourrage au niveau galop 7 en 52 semaines, s’est terminé avec un bilan plutôt mitigé. Ou plus exactement, en répartissant bien les points, un point positif pour la jument et un point négatif pour la cavalière.

photo tete jument emeraude

Emeraude

 

Allez, on va commencer par le point négatif de la cavalière.

En même temps, je ne culpabilise pas trop car ce qui m’est arrivé cette semaine, vous est sûrement déjà arrivé aussi. C’est même peut-être la raison principale de votre présence sur le blog A dada mon DadouJe n’ai pas eu le temps ou je ne n’ai pas pris le temps (comme vous voulez) de travailler tout ce qui était prévu avec la jument.

Rappelez-vous dans mon bilan de la semaine 2 (Mon défi, Semaine 2 :  Emeraude dehors) je m’étais fixé trois objectifs pour la semaine suivante :

  1. Retourner en trotting pour développer son équilibre et sa musculature
  2. Aller en manège travailler sur un petit parcours avec des changements de directions rapprochés en gardant l’allure
  3. Faire une séance de longe, en mettant l’accent sur des transitions rapprochées pour que la jument bascule son équilibre vers l’arrière main, ce qui pourrait m’aider (j’espère) pour un futur départ au galop.

J’avais même l’intention de faire une séance filmée…

Mais voilà, entre le boulot sur le centre équestre, mes activités perso, le blog, les enfants … je n’ai malheureusement pu faire qu’une seule séance sur les 3 prévues.

Une séance de longe, point positif pour la jument

Mardi, j’ai donc réussi à prendre 30 minutes pour travailler Emeraude à la longe. Pour cette séance, je n’ai pas fait une séance de longe “ traditionnelle” dans le sens où je n’ai pas longé sur un cercle fixe. J’avais deux objectifs pour cette séance:

  1. Que la jument soit bien à mon écoute
  2. Qu’elle travaille avec le plus de décontraction possible.

Je me suis “promenée” dans le manège, à environ 3 mètres, des fois 4, de la jument en alternant des moments sur la piste ou en ligne droite et des moments de voltes et de cercles. Si vous avez lu mon livre, “Travail à pied. 10 Exercices pour devenir complices” cet exercice doit vous dire quelque chose. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à le télécharger gratuitement en bas de cet article.

Pendant toute la séance, j’ai fait particulièrement attention à ce qu’ Emeraude reste tendue sur la longe. J’ai fait cet exercice au pas et au trot. La jument était vraiment super, très à l’écoute et très bien équilibrée pour son âge sur l’exercice. Je vous rappelle que pour le moment, je longe sans aucun enrênements. Mon objectif est que la jument s’équilibre d’elle-même.

Je me suis ensuite installée sur un grand cercle de 15 à 18 m de diamètre et j’ai réussi à obtenir pour la première fois LE GALOP !! Eh oui, et aux deux mains. Et la super bonne nouvelle, c’est que les départs au galop se sont faits par prise d’équilibre. C’est-à-dire que j’ai ralenti le trot de la jument pour déclencher le galop, qui est parti par une poussée des postérieurs. (Si elle était partie par déséquilibre, elle aurait alors accéléré le trot encore et encore, jusqu’à se déséquilibrer en mettant tout son poids vers l’avant main et serait “ tombée “ dans le galop). L’avantage du galop par prise d’équilibre, c’est que la jument a ensuite pu conserver son galop pendant 2 tours à chaque main. Ce qui est un très bon début pour une trotteuse.

Samedi, les regrets.

Samedi, alors que j’étais en train de faire cours à mes élèves, je repensais à cette super séance de mardi. J’étais vraiment déçue de ne pas avoir réussi à me dégager plus de temps. Surtout qu’il allait falloir que je publie un article dans lequel je n’aurai presque rien à dire, si ce n’est vous demander si vous avez des méthodes de productivité…. Personnellement, j’utilise depuis peu la méthode Zen ton Done, qui consiste grosso modo à faire un planning de la semaine en répartissant les actions à faire en trois catégories :

Les gros cailloux : des choses peu nombreuses qui sont impératives à faire dans la semaine

Les petits cailloux: des choses un peu moins importantes

Le sable ou les peccadilles: les petites choses sans grande importance qui pourront être faite s’il reste du temps.

Vous vous en doutez, Emeraude était dans les gros cailloux… mais ça n’a pas marché !

Donc samedi, j’étais prise de regrets, quand arriva l’heure d’un cours ados, niveau galop 3. En discutant avec eux, elles avaient très envie d’aller en promenade car depuis le début de l’année, elles n’avaient fait que du manège. J’ai donc dis “ok, mais je vous accompagne avec Emeraude”.

Pour ceux qui suivent, vous devez vous rappeler la dernière sortie que j’avais faite avec des cavaliers, épouvantable !(Mon défi, semaine 2: Dehors Emeraude). Eh bien là, j’ai deux bonnes nouvelles :

  1. la jument est restée en tête tout du long de la promenade et sans rechigner
  2. nous avons galopé !!!!!

J’ai profité d’un petit chemin avec une montée dans un tournant. J’ai bien ralenti le trot, accentué mon placement d’aides à fond, bien accompagné avec le bassin, et GALOP ! Le plus étonnant, c’est qu’ensuite elle a tenu son galop, jusqu’au bout du chemin. Le premier départ était sur le pied gauche. J’ai tenté ensuite un galop à droite et nickel!!

Voilà pour les bonnes nouvelles !

Je réitère donc mes objectifs pour la semaine prochaine, à savoir :

  1. encore une séance à la longe, pour confirmer le galop et l’équilibre sur le cercle
  2. une séance dans le manège avec un dispositif type galop 1 ou galop 2 de pleine nature
  3. si le temps me le permet une séance en trotting !

 

Voilà, j’espère avoir le temps de filmer ma séance en manège cette semaine.

Si cet article vous a plu, partagez-le !

Si vous avez des idées de méthodes de productivité ou d’astuces pour maintenir vos objectifs de travail avec votre cheval, je suis preneuse. J’ai hâte de vous lire dans les commentaires!

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •