Zoom sur le travail d’un cheval. Vous vous souvenez certainement de ma première semaine de travail avec ma jument Emeraude. J’avais alors fait une sorte de check-up pour pouvoir évaluer le chemin à parcourir pour atteindre mon défi. Emmener ma jument du débourrage au galop 7. Le constat avait était plutôt difficile car concrètement je n’étais pas encore sortie du débourrage.

Les premières difficultés:

Emeraude :

  • ne se laissait pas mettre le pied à l’étrier
  • était hyper réactive à la moindre action de jambes ou de mains
  • se laissait difficilement prendre les postérieurs
  • manquait énormément de musculature, ce qui au vu de sa petite taille, lui rendait la tâche de me porter difficile.

J’ai donc décidé cette semaine de faire le meilleur travail que je connaisse pour

  1. gagner la confiance du cheval
  2. lui donner plaisir au travail
  3. renforcer son équilibre
  4. développer son souffle
  5. renforcer sa musculature

Allez vous avez deviné ? Et oui !

CONFIANCE + PLAISIR + EQUILIBRE + SOUFFLE + MUSCULATURE = SORTIE EN EXTERIEUR !

J’ai donc fait trois sorties en extérieur une vendredi, une samedi et une mardi. Voici le bilan.

Vendredi, 1ère sortie en extérieur

photo emeraude cheminJ’ai assuré le coup pour cette première sortie car j’ai proposé à mes élèves du cours adulte de partir faire une petite promenade au soleil, ce qui allait

  1. Faire plaisir à mes cavaliers
  2. Tenter de donner du plaisir à la jument

RESULTAT : Ces deux objectifs ont été atteints !

Les points positifs : La jument s’est très bien comportée. Je l’ai mise en tête dès le début de la promenade. Elle a un très bon pas. Elle était attentive et à l’écoute. Le chemin comportait beaucoup de dénivelé et elle a bien géré son équilibre au pas.

Le points négatifs : Elle s’est bloquée à un moment donné pour un passage d’eau. (oui c’est vrai, j’étais au téléphone en même temps, ça n’a pas dû aidé, BOUUUU). Je n’ai pas réussi à la faire repasser devant ensuite. Autre point négatif (alors là, j’y suis pour rien, je vous assure !) le galop est TRES TRES loin. Vous vous souvenez, c’est une trotteuse. Et elle part dans un grand trot! Vous voyez le genre, extension de l’épaule, membres très étendus vers l’avant, postérieurs qui poussent et partent sur le côté. Aie, aie, aie, ….honnêtement je ne sais pas encore comment je vais m’y prendre !

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Mon défi : du débourrage au galop 7 en 52 semaines

Samedi, sortie n°2

La sortie galère ! CATASTROPHIQUE ! J’ai emmené un groupe d’ados galop 6 en extérieur. La jument s’est directement bloqué. Impossible de la mettre devant. Les cavaliers étaient plus nombreux que la veille, du coup de voir tous les autres chevaux, cela mettait la jument en stress. D’autant qu’un autre jument dans le groupe était chaude comme la braise. Emeraude balançait les postérieurs dans tous les sens dès qu’un cheval s’approchait de trop. Elle m’a arraché les rênes toutes les deux secondes (oui pour une jument sensible de la bouche, va falloir revoir le mot sensibilité !), et j’ai trotté, trotté, trotté…au grand trot de course, horrible !

Mardi, sortie n°3

Vu la très mauvaise expérience du weekend, je me suis dit deux choses :

  1. la jument stresse en groupe et n’est plus concentrée sur mes demandes
  2. Elle refuse d’aller en tête et se bloque (les deux sont liés bien sûr)

Résultat des courses : je l’ai sortie toute seule en trotting

La séance commençai déjà super bien car j’ai pu mettre le pied à l’étrier ! Une fois dehors, elle était active, à l’écoute, aussi bien sur une petite route que dans les chemins. Elle n’a eu peur de rien. Emeraude a gardé un contact doux avec la bouche et plutôt bon avec les jambes.

Je l’ai échauffé au pas tranquillou le premier kilomètre et ensuite j’ai alterné des longues séquences de trot et des moments de récupération au pas. La jument est très endurante et volontaire !

Deux petits points négatifs tout de même :

  • Il est difficile voir même impossible pour elle de trotter dans un petit chemin descendant, elle n’a pas encore assez d’équilibre pour cela
  • J’ai quand même tenté un petit galop dans une montée… C’est une technique qui s’est déjà révélée fructueuse avec d’autres trotteurs à qui j’ai appris le galop. Mais pas avec elle ! Affaire à suivre.

Objectifs pour la semaine prochaine :

  1. Retourner en trotting pour développer son équilibre et sa musculature
  2. Aller en manège travailler sur un petit parcours avec des changements de directions rapprochés en gardant l’allure
  3. Faire une séance de longe, en mettant l’accent sur des transitions rapprochées pour que la jument bascule son équilibre vers l’arrière main, ce qui pourrait m’aider (j’espère) pour un futur départ au galop.
Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Matelotage : les 8 nœuds qui vous sauveront la vie

Voilà, vous savez tout. J’essaie pour la prochaine fois de faire une séance filmée !

Si vous avez aimé cet article, partagez-le !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •