Si je vous dis “travail du cheval à la longe”, à quoi pensez-vous en premier ? A un outil génial, varié, amusant mais aussi très technique et complexe, n’est-ce pas ? Non ! Comment ça “non” ? Peut être avez-vous, comme beaucoup de cavaliers sur les forums d’équitation, des idées reçues sur la longe. Dans cet article, je vous propose de faire le tour des fausses idées sur le travail à la longe. Et je compte sur vous dans les commentaires pour me dire lesquelles vous avez coché !

Fausse idée numéro 1 : Le travail du cheval à la longe, c’est ennuyeux !

C’est la chose qu’on entend le plus souvent. A quoi ça sert de tourner en rond ? Car on a souvent l’imageur du longeur statique dans son manège avec son cheval qui tourne invariablement autour de lui, sur des tours et des tours ! projet presentation youtube (Time 0_01_54;28)

Et si je vous disais que la longe, ce peut être très amusant…pour le cheval comme pour le longeur. Il y a différentes possibilités d’appréhender le travail à la longe et la première c’est de l’utiliser comme un jeu. La longe sert à communiquer avec votre cheval, à se déplacer avec lui en utilisant des codes corporels, exactement de la même façon que les chevaux le font entre eux ! Et les exercices sont très variés ! Vous pouvez longer au carré, amener votre cheval sur la piste, travailler les changements de main, varier la longueur de votre cercle, alterner les allures et effectuer des transitions rapprochées !…

Fausse idée numéro 2 : Le travail à la longe, ça n’est utile que pour le jeune cheval

C’est vrai, la longe est très utile pour le jeune cheval pendant le débourrage…Mais pas que. Le travail à la longe devrait à mon avis se prolonger tout au long de la vie du cheval.

Pour un jeune cheval

C’est utile pour lui apprendre les codes du cavalier. Il est facile de le faire changer d’allure en utilisant votre voix. Ainsi très vite, vous allez instaurer un vocabulaire avec lui, “marcher”, “trotter”, “galope” qui vous sera très utile une fois sur son dos.

Pour un cheval adulte

La longe a beaucoup d’avantages. Déjà, elle vous permet de voir votre cheval évoluer. Et c’est très intéressant car lorsque l’on est dessus, on a parfois des problèmes locomoteurs que l’on ne comprend pas. Voir son cheval évoluer sans la gêne du poids du cavalier va être pour nous un bon indicateur de ses raideurs, de la façon de se mouvoir et donc des exercices à travailler.

Le plus gros avantage de la longe va être aussi de muscler votre cheval. Je vous en parlais déjà dans l’article Mon secret pour avoir un cheval athlétique la longe est un formidable outil de musculature pour votre cheval. En travaillant régulièrement (une fois par semaine minimum) vous verrez votre cheval prendre de la masse musculaire et énormément gagner en équilibre.

Enfin, la longe et le travail à pied en général vont vous permettre de tisser une autre relation avec votre cheval. A pied, vous voyez votre cheval et il vous voit. Et petit à petit, vous verrez que vous pourrez communiquer avec lui d’un simple regard.longe

Pour le cheval plus âgé

Ou pour le cheval sorti de convalescence, le travail à la longe va servir à maintenir en forme. Bien sûr les séances devront être courtes et sur des cercles plutôt grand pour ne pas fatiguer ses articulations. Mais ça va être un moyen de garder votre cheval actif, sur des séances douces et régulières.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Cheval qui charge à l'obstacle

Enfin, si vous même avez des problèmes de santé et que vous ne pouvez plus monter à cheval, le travail à la longe aura l’avantage de vous permettre de continuer à travailler votre cheval et de garder un pied dans l’écurie.

Fausse idée numéro 3 : Le cheval doit être nécessairement enrêné

Bonjour les dégâts

Bien sûr c’est une idée reçue très courante. Mais parmi toutes les idées reçues, c’est celle qui fait le plus de dégâts. Les cavaliers qui souhaitent longer leur cheval vont l’enrêner sans même savoir comment cet enrênement s’utilise et s’il est adapté à leur cheval. Alors, je ne leur jette pas la pierre, c’est de la méconnaissance mais en même temps, les centres équestres qui enseignent un travail poussé à la longe sont rares. Donc chacun a tendance à bidouiller dans son coin et à glaner des informations comme il le peut dans des forums et autres groupes Facebook.

Donc ma réponse est non. Vous pouvez très bien longer votre cheval sans l’enrêner. Et c’est même très important de le faire.

Car ce qui va muscler et équilibrer votre cheval, c’est bel et bien le travail du cercle et non pas l’enrênement.

En travaillant sur des cercles plus ou moins grands et avec de transitions plus ou moins rapprochées, votre cheval va chercher lui même son équilibre. Lui-même. Un enrênement risque de l’empêcher de faire cette démarche de lui même…et donc vous vous retrouverez à ne plus pouvoir vous passer d’enrênement.

Pas d’enrênements sans engagement

Le deuxième point, c’est qu’un enrênement sans engagement des postérieurs est extrêmement nuisible pour votre cheval. Vous aurez peut être l’impression qu’il travaillera de façon juste par que son port de tête ressemblera à ce que vous avez pu voir de-ci de-là. En fait, il n’en n’est rien sans engagement des postérieurs. Votre cheval va creuser son dos et se bloquer dans l’enrênement.

Enrênements à bannir ?

Est ce que cela veut dire que je n’utilise pas d’enrênements ? Non pas du tout. Mais l’enrênement, même bien utilisé ne doit pas être systématique. C’est une aide temporaire. Sachez que vous arriverez au même résultat sans l’enrêner, ça sera juste un peu plus long.

Mes chevaux de voltige sont systématiquement enrênés pendant les cours et les compétitions de voltige. Certains sont en élastiques, d’autres en rênes viennoises … Ceci pour deux raisons. La première est de protéger le dos du cheval, pour la garder dans une attitude qui lui permette d’avoir trois voltigeurs en figure sur son dos (vous l’avez compris avec un bon engagement des postérieurs indispensable). La deuxième raison est d’offrir du confort au voltigeur. On peut aisément comprendre qu’un voltigeur debout au galop supporterai difficilement un cheval qui secoue la tête. Pour autant, pendant les séances de travail en longe pure (sans voltigeurs) ils sont souvent longés en filet ou en licol pour qu’ils parviennent à s’équilibrer d’eux-même.

Fausse idée numéro 4 : La longe sert uniquement à détendre un cheval chaud.

longe-cheval-exerciceEffectivement, si votre cheval à une vit exclusivement en box, on peut comprendre qu’il soit vif et que vous n’ayez pas envie de monter dessus directement. L’idéal serait bien sûr de changer de mode de vie, mais je sais bien que ce n’est pas toujours facile. Cependant, j’ai toujours des réticences à imaginer la longe comme un simple défouloir. L’idée pour moi, c’est que la longe est un véritable travail. Le cheval doit être respectueux pendant ce travail. Si la longe est un défouloir trop fréquent, vous risquez vite de vous retrouver à faire du ski nautique derrière votre cheval.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Parer le sabot d'un cheval, comment faire ?

Dans touts les cas, il est important que votre cheval tende sa longe mais ne vous tracte pas, même pendant son petit quart d’heure de folie. Si votre cheval est vraiment trop vif, essayez plutôt de le mettre au paddock avec des copains, ne serait-ce qu’ une heure avant pour qu’il puisse s’amuser.

Fausse idée numéro 5 : La longe, c’est pour la voltige

J’entends souvent cette idée formulée ainsi, “la longe, ça me sert à rien, je fais du CSO”.

En fait, si on résume, on pourrait dire que la longe améliore chez le cheval : son équilibre, son impulsion, sa mise en muscle, sa mise en souffle, l’écoute du cavalier et la complicité avec ce dernier. Il est donc évident que la longe sera un outil formidable pour vous, que vous soyez un cavalier de loisir, que vous fassiez du dressage, du CSO, du cross, du horse-ball …

La longe va vous servir avant vos compétitions pour mettre votre cheval en condition. Elle va aussi vous servir après les gros efforts. Rien de tel effectivement qu’une petite séance gymnastique à la longe, toute douce, le lendemain d’une grosse compétition.

A vous de jouer

Au moment où j’écris cet article, on est au mois de janvier, le mois des bonnes résolutions ! Si vous aviez vous aussi pas mal d’idées reçues sur la longe, c’est peut être le moment de vous y mettre ! (Et si vous lisez cet article au mois de juillet, rassurez-vous, les bonnes résolutions ça se prend toute l’année !)

L’idéal serait de vous faire aider d’un professionnel pour vos premières séances. Ou même encore mieux de prendre des cours de longe avec des chevaux déjà bien longés. Car vous verrez très vite que contrairement à ce qu’ il y parait la longe n’est pas facile à manier. Cela demande de la technique et des connaissances sur l’appareil locomoteur du cheval.

Mais attention tout de même. Je me dois de vous prévenir. Si vous ouvrez la petite porte du travail à la longe, vous allez vite devenir accros ! Et vous vous rendrez compte que ce n’est pas pour rien que tous les professionnels l’utilisent !

Alors, avez-vous envie de vous y mettre ?

Dites-moi tout dans les commentaires ! J’adore toujours vous lire !

Et pour commencer sur le bon pied, je vous conseille cet article : les 10 trucs à savoir pour votre première séance de longe

Profitez également des conseils du double champion du monde, François Athimon, lors d’un stage avec ma jument Bélinda : voir la vidéo

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •