Mais au fait, quand vous avez pris un cours avec Dadou la semaine dernière, qu’avez-vous ressenti ?

Très souvent, lorsque l’on prend un cours d’équitation ou lorsque l’on travaille son cheval, nous cherchons de la technique. Quel exercice ? Pour quel objectif ? Quels sont les points-clés ? Etc.

Et on se prive de ce qui fait 90 % de notre relation au cheval : à savoir le ressenti.

Je vous propose donc dans cet article quelques exercices simples, que je propose régulièrement à mes élèves, pour les aider à développer leurs sensations et du coup à mieux comprendre et communiquer avec leur cheval.

cheval main ressenti

Petit avertissement

La plupart des exercices que je vous propose aujourd’hui vont se faire les yeux fermés, donc il est essentiel :

1/ d’avoir un cheval dressé et bien dans sa tête

2/ de se faire accompagner pendant cette séance, idéalement d’un professionnel ou d’un ami

3/ de travailler dans un endroit clos et sécurisé.

Le Centaure

Le premier exercice que je vous propose, je l’ai appelé l’exercice du Centaure. Faites cet exercice au pas, sur la piste ou même idéalement sur un cercle à la longe. Faites un nœud à vos rênes (pour éviter que le cheval ne marche dessus), laissez vos bras pendre naturellement le long de votre corps et fermez les yeux.

Prenez le temps de sentir votre cheval marcher. Appréciez son rythme, la douceur de ses mouvements. Le va-et-vient de votre bassin qui suit naturellement le dos de votre cheval.

Vous allez maintenant imaginer que vous êtes un Centaure. Vous savez ce personnage mythologique mi-homme, mi-cheval. Concentrez-vous, chaque pas de votre cheval est en fait le vôtre. Les jambes de votre cheval sont les vôtres. Faites corps avec votre cheval !

Vous pouvez maintenant demander à la personne qui est à pied dans le manège d’observer le poser des membres de votre cheval au pas. Vous allez vous concentrer et essayer de lui dire “top” à chaque fois que vous sentez que votre cheval pose, par exemple, l’antérieur droit au sol. Pour savoir cela, il ne vous faut rien de plus que de vous concentrer sur les mouvements de votre bassin et d’imaginer que les membres de votre Dadou sont les vôtres.

Généralement, les antérieurs ne posent pas trop de problèmes de sensations au cavalier. Si cela a été votre cas, passons à un exercice plus difficile : vous allez maintenant dire “top” à votre ami chaque fois que votre cheval pose le postérieur gauche, par exemple. Sentir le mouvement des postérieurs au pas demande beaucoup plus de finesse au cavalier.

Si vous n’y arrivez pas la première séance, pas de panique. Le ressenti vient, comme beaucoup choses, en travaillant régulièrement. A chacune de vos séances, prenez deux minutes pour sentir les choses au pas, les yeux fermés, le bassin décontracté.

Astuce : Tous les exercices de ressenti sont plus faciles à cru. En plus, si c’est l’hiver, vous aurez bien chaud aux fesses ! Donc dès que vous en avez la possibilité, montez à cru !

L’exercice des diagonales

Voici un autres exercice de ressenti qui vous aidera à mieux comprendre le cheval tout en perfectionnant votre équitation. Il s’agit de sentir sur quel diagonal vous trottez, évidemment sans regarder.

Pour faire cet exercice, placez-vous sur un grand cercle. Puis partez au trot assis, les yeux fermés. Après quelques foulées, prenez votre trot enlevé. Essayez de sentir les mouvements de votre bassin. Si au moment où vous vous levez de la selle, vous sentez votre bassin partir légèrement vers la droite, c’est que vous trottez sur le diagonal droit. Et inversement.

Lorsque vous faites cet exercice, et que vous n’êtes pas sûr de savoir sur quel diagonal vous êtes, n’ouvrez surtout pas les yeux pour vérifier !! Gardez les yeux fermés et changez de diagonal, soit par deux temps assis, soit par deux temps debout et comparez vos sensations. Vous pouvez faire cet exercice plusieurs fois en gardant les yeux fermés. Au bout de quelques temps, ouvrez-les yeux et vérifiez.

Pour rappel, vous trottez sur le diagonal droit quand vous vous levez de la selle au moment où votre cheval avance son antérieur droit et son postérieur gauche.

Le galop, une vraie danse

Lorsque l’on développe son ressenti, on se rend compte qu’au galop le bassin effectue une vraie danse ! Comme vous le savez, votre cheval galope soit sur le pied droit, soit sur le pied gauche. Jusque-là, vous faisiez peut être comme tout le monde, à savoir regarder les deux épaules de votre cheval au galop pour savoir sur quel pied vous galopez. Votre cheval terminant son galop sur l’antérieur droit (lorsqu’il galope à droite) ou sur l’antérieur gauche (lorsqu’il galope à gauche.)

L’inconvénient de cette méthode, mis à part que le cavalier ne regarde pas où il va, ce qui sur un parcours d’obstacles peut être gênant, c’est que le cavalier à tendance à demander au cheval l’inverse de ce qu’il voudrait. En se penchant vers l’épaule gauche, pour bien vérifier que le cheval part sur le pied gauche…le cavalier surcharge l’épaule gauche, faisant partir le cheval sur le pied droit !

Mais alors que se passe-t-il quand je galope sur le pied droit ?

Là encore, je vais vous demander de fermer les yeux. Je rappelle qu’il est nécessaire que votre Dadou soit un cheval dressé et fiable pour faire cet exercice, qui peut lui aussi être fait à la longe.

Quand votre cheval galope sur le pied droit, votre bassin fait un mouvement d’arrière vers l’avant et de la gauche vers la droite. Plus exactement, votre bassin oscille de l’arrière gauche vers l’avant droit.

Le ressenti, une compétence à développer

Bien sûr, sentir toutes ces choses ne va pas se faire du jour au lendemain. Notez aussi que d’un cheval à l’autre vos sensations vont changer. Par exemple sur Cacahouète savoir sur quel pied vous galopez va être complètement évident alors qu’avec Mistigri, la différence est plus subtile.

Je vous conseille donc de réserver 10 minutes de chacune de vos séances à chercher des sensations.

Rappelez-vous que la selle, même la meilleure selle du monde, vous coupe des sensations avec votre cheval. Rien ne remplacera jamais des séances de mises en selle à cru. Mais on peut aussi joindre l’utile à l’agréable ! Des promenades à cru vous seront tout aussi bénéfiques.

Moi j’ai passé mon enfance à monter mon poney à cru (parce que ma selle était trop lourde pour mes petits bras, et qu’à huit/dix ans déjà, je partais en balade seule). Au programme, galop sur la plage à cru, à jouer aux montagnes russes dans les dunes. Et lorsqu’il faisait chaud, c’était maillot de bain et trempette dans la mer. Enfin, pas trop loin car comme vous le savez depuis cet article A l’eau Quantuveu, je n’aime pas trop être mouillée !

(Bon vous vous en fichez peut être de cette petite anecdote mais au moment où je vous écris, il y a 5 centimètres de neige dehors et un vent plein nord avec des rafales à 45 km/h. Donc repenser à mes promenades à poney à cru l’été, me fait du bien. De toute façon, c’est ça où je suis obligée de manger du chocolat pour tenir !)

Bref, avec ces petits exercices, d’ici quelques mois, cela vous paraîtra tellement évident que vous vous demanderez comment vous avez vu pu monter toutes ces années sans ressentir ce que fait votre cheval !

A quoi ça sert ?

Mais oui au fait, à quoi ça sert ? En sentant ce que fait votre cheval “en-dessous” vous allez agir au bon moment “au-dessus”. Par exemple, lorsque vous voudrez demander un départ au galop, par exemple à droite, vous saurez quand votre cheval posera son postérieur gauche. Du coup, vous agissez au bon moment, dans la discrétion et dans la finesse.

Bon expérimentation les centaures ! Et pensez à partager !

Je vous prépare une petite séance avec tous ces exercices en vidéo !

A bientôt !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    31
    Partages
  • 31
  •  
  •