C’est le rêve de tout cavalier en herbe : chevaucher cheveux au vent, en toute confiance sur son cheval. En réalité, quand votre cheval part au galop, vous avez le sentiment de flotter dans votre selle. Vous rebondissez alors à chaque foulée, et votre dos vous rappelle qu’il vous faut remédier à ce problème rapidement pour un galop assis confortable. Pour vous y aider, je vous présente les caractéristiques d’une bonne position du cavalier au galop, et comment les mettre en œuvre à travers 5 exercices simples.

Le bassin, la clé de la bonne position du cavalier au galop

Tous les cavaliers vous le diront, la principale difficulté à cheval, c’est de parvenir à mobiliser de multiples compétences en même temps. Quand vous débutez en équitation, il est difficile d’être sur tous les fronts. Vous devez prêter attention à :

  • votre équilibre ;
  • l’impulsion à fournir ;
  • la direction à donner à votre cheval.

Il s’agit dans un premier temps d’aller à l’essentiel. Vous allez donc vous concentrer sur votre bassin. En effet, c’est la clé d’une bonne position du cavalier au galop. C’est grâce à votre bassin que vous allez pouvoir accompagner les mouvements du dos de votre cheval. Le galop assis oblige votre bassin à passer par 3 positions qui vont se succéder.

La position neutre

C’est la position de base que prend le cavalier quand il est assis sur un cheval immobile. Elle se caractérise par un bassin situé dans son axe naturel, c’est-à-dire légèrement cambré. Le centre de gravité du cavalier se trouve alors au-dessus de ses talons. 

La position en antéversion

Dans cette situation, le bassin du cavalier bascule légèrement vers l’avant. La cambrure de son dos est accentuée puisque ses reins sont creusés.

La position en rétroversion

À l’inverse, en rétroversion, le bassin bascule vers l’arrière. Les reins sont voussés, le dos s’affaisse et s’arrondit.

La position du cavalier au galop est en perpetuel mouvement, au rythme de ceux du cheval.
La position du cavalier au galop évolue constamment au rythme du cheval. Photo par Elisa Pitkönen sur Unsplash.

Vous en conviendrez, la pratique de l’équitation est rarement statique ! Au galop, le mouvement effectué par la colonne vertébrale de votre cheval s’apparente à celui d’une vague. Pour accompagner ce mouvement d’oscillation, votre bassin va devoir passer continuellement d’une position neutre à une position en antéversion, puis revenir à une position neutre, pour ensuite prendre la position en rétroversion, et enfin revenir à nouveau à la position neutre, etc. 

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Et si on parlait ...de vous ?

Un haut du corps bien placé pour améliorer son galop assis

La bonne position du cavalier au galop dépend de divers paramètres. La souplesse et la décontraction sont des qualités indéniables pour un enchaînement naturel des trois positions vues précédemment. 

Pour que cet enchaînement soit efficace, un placement efficace du haut du corps a également son importance. Celui-ci impacte directement le liant du bassin. Le haut de votre corps ne doit pas se porter trop en avant, au risque de fermer l’angle de votre bassin. Dans ce cas, celui-ci ne pourrait plus accompagner les mouvements du cheval.

Avant de partir au galop, n’oubliez pas de placer vos épaules en arrière, légèrement à l’arrière de la verticale. Ainsi, vous ne limiterez pas votre bassin dans ses mouvements. Il pourra donc onduler avec souplesse au rythme du cheval.

Un placement du haut du corps essentiel pour une bonne position du cavalier au galop.
Le haut du corps pas trop avancé pour un galop assis réussi. Photo par Sergiu Valenas sur Unsplash.

Vigilance sur le placement des jambes pour la position du cavalier au galop

À vos débuts, quand vous partez au galop, vous appréhendez tellement de chuter, que vous avez tendance à serrer fort les jambes et à les remonter. Par conséquent, vos jambes ainsi tendues entravent les mouvements de votre bassin. Pensez donc à bien décontracter vos jambes et à les laisser descendre le long des flancs. 

Gardez en tête que vous n’allez pas pouvoir porter votre vigilance à la fois sur vos jambes, sur le haut de votre corps et sur votre bassin. Tout va se mettre en place progressivement. Pour commencer, privilégiez plutôt votre bassin, le reste suivra naturellement.

Le placement du bassin est un point de vigilance important pour un galop assis reussi.
Se concentrer en priorité sur son bassin pour une bonne position du cavalier au galop. Photo par Louise Pilgaard sur Unsplash.

⏩ Vous éprouvez des difficultés à vous remettre en selle après une chute ? J’ai conçu la formation Adrénaline dans le but de vous aider à reprendre confiance en vous. N’attendez pas pour vous y inscrire !

Un entraînement régulier

Comme dans toute pratique sportive, la régularité dans le travail est essentielle. Il en est de même pour améliorer la position du cavalier au galop. C’est pourquoi je vous présente 5 exercices qui vous aideront à parfaire votre assiette au galop assis.

1- Travailler la décontraction

Vous l’aurez compris, un corps stressé et tendu va bloquer votre bassin qui ne sera pas en mesure d’accompagner les mouvements du dos de votre cheval. Dans ce cas, vous rebondissez sur votre selle. Pour aider votre corps à se décontracter avant de monter à cheval, vous devez vous échauffer. Pour ce faire, rien de bien compliqué : effectuez quelques tours de manège en courant, quelques pas chassés, quelques montées de genoux et le tour est joué. Ces échauffements vont progressivement amener la température de votre corps à 38 °C. C’est idéal pour préparer vos muscles à l’action. En prime, si vous êtes un peu stressé, cet effort vous aide à évacuer l’adrénaline et à vous sentir mieux.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  [Vidéo] Monte à cru, réveillez l'Indien qui est en vous !

2- Monter à cheval sans étriers

Monter a cru sans etriers donne la souplesse necessaire a une bonne position du cavalier au galop.
S’entraîner à monter à cru sans étriers pour une position du cavalier au galop. Photo par Alexander Dummer sur Unsplash.

Il est courant de voir les cavaliers exercer trop de pression sur leurs étriers. Ainsi, ils ne sont pas réellement assis sur leur selle. La mise en selle est alors idéale pour travailler son galop assis. Pour cet exercice, je vous invite à choisir un cheval bien éduqué, capable d’effectuer un petit galop bien rassemblé, pour que vous disposiez du temps nécessaire pour trouver votre place dans la selle. 

3- Monter à cru

Cet exercice est quelque peu plus radical que le précédent, mais il est redoutable d’efficacité. En montant régulièrement à cru, vous obtiendrez le liant nécessaire pour bien vous adapter aux mouvements de votre cheval.

4- Travailler ses transitions

Facile à mettre en place, il s’agit de matérialiser des zones de transition d’allure dans le manège. Vous pouvez ainsi installer 4 plots qui divisent le manège en 4 zones distinctes. À chaque passage de plot, vous alternez une allure de trot, puis de galop, puis vous revenez au trot, etc. Multiplier les transitions trot/galop vous aidera à trouver votre place dans la selle. Cet exercice peut s’effectuer avec ou sans étriers.

5- Travailler à la longe

Le galop étant l’allure la plus rapide à cheval, il n’est pas toujours évident de se lancer. Si vous en ressentez le besoin, demandez une séance longée à votre moniteur d’équitation. Vous pouvez vous entraîner sur un cheval sellé, voire équipé d’un surfaix de voltige en tenant les poignées, ce qui peut être rassurant. Cet exercice présente l’avantage que vous n’avez à vous occuper que de votre équilibre, le moniteur gère le reste.

Vous l’aurez deviné, le galop n’est pas l’allure la plus évidente à s’approprier au début. Ne désespérez pas et soyez patient. Ces exercices ont pour vocation d’améliorer la position du cavalier au galop. Toutefois, vous pouvez ressentir également le besoin de travailler votre position assise ou votre position en équilibre. Dans ce cas, rejoignez ma formation gratuite sur l’assise du cavalier. Vous gagnerez en confiance en toute circonstance. Et vous, comment abordez-vous le galop avec votre cheval ? Avez-vous mis du temps avant de trouver votre position ?

Partager l'article