La peur est un sentiment tellement puissant qu’il est parfois difficile de la camoufler. En équitation, la relation entre le cavalier et son cheval constitue la base d’une bonne pratique. Si le cavalier se laisse submergé par une telle émotion, ses muscles se tétanisent. Il perd la maîtrise de sa position à cheval, communique son stress à l’animal et celui-ci le ressent immanquablement. Alors, comment reprendre le contrôle de soi dans une telle situation ? Voyons ensemble les incidences de la peur sur la posture du cavalier et par quel moyen celui-ci peut agir pour y remédier. 

La peur détériore la position à cheval du cavalier – Transcription de la vidéo YouTube

Effets du mécanisme de la peur sur la position à cheval

La peur n’est pas un choix

Il est bien difficile de contrôler une émotion telle que la peur. En effet, avoir peur est un fait, et non une volonté. Vous ne vous êtes pas réveillé un beau matin en vous disant : « Tiens, et si j’avais peur aujourd’hui ! ». Dire à un cavalier de ne pas avoir peur pour éviter que son cheval le ressente n’a aucun sens. Cela revient à conseiller à quelqu’un de ne pas avoir froid, alors que cette personne est au milieu d’une tempête de neige !

Un réflexe instinctif

Le mécanisme de la peur est inhérent à l’Homme depuis toujours. La peur est un sentiment ressenti suite à une situation effrayante, voire traumatisante. Toutefois, elle est essentielle à notre survie. En effet, le cerveau se met à sécréter des hormones, l’adrénaline et le cortisol. Celles-ci placent le corps en position d’agir rapidement pour s’extirper du danger. Ainsi, grâce au stress, le corps trouve les ressources nécessaires pour fuir ou pour se confronter au danger. 

La peur est difficile a controler, et pourtant elle impacte directement la position a cheval du cavalier.
La peur est instinctive et ne se maîtrise pas facilement. Photo par Ambermb sur Pixabay.

Réactions du corps à la peur

La peur se manifeste par des réactions physiques telles que des sueurs froides, des mains moites, ou des maux de ventre. Ces symptômes impactent directement le corps et altèrent donc la posture du cavalier. Si celui-ci a peur en montant, le cheval le perçoit clairement. Ses muscles tendus rendent la position à cheval du cavalier inconfortable pour l’animal.

Posture du cavalier qui a peur

Le haut du corps

À cheval, un cavalier qui est pris de peur n’est pas vraiment assis sur sa selle. Il ferme l’angle de son bassin et bascule ses épaules vers l’avant. Cette posture est une réaction instinctive pour protéger les organes vitaux. Elle est très caractéristique de la posture du cavalier qui a peur, puisqu’on la retrouve également quand celui-ci marche à côté de sa monture. 

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Nœud de ligne : Comment le réaliser ?

À cheval, par réflexe d’auto-protection, il ramène ses mains vers son nombril et serre fort ses doigts sur les rênes. Le cheval ressent alors que celui-ci est tendu.

Le bas du corps

Un cavalier crispé craint souvent de tomber de son cheval. Pour éviter cela, il va donc serrer ses jambes et ses genoux très fort contre la selle. Cette position à cheval est contre-productive et va avoir l’effet inverse de ce que souhaite le cavalier stressé. En effet, celui-ci espère mieux se tenir et ainsi éviter la chute. Ce qu’il ne réalise pas, c’est que la posture du cavalier pétri de peur est celle qui le rapproche du sol. En fermant les genoux contre la selle, les talons du cavalier s’inclinent vers le haut, ses jambes basculent alors vers l’arrière. Malgré lui, il réunit malheureusement toutes les conditions pour tomber.

Perte de souplesse et de liant

Enfin, pour ne rien arranger, le cavalier effrayé bloque sa respiration et crispe son visage. On comprend aisément que le cheval ressent la peur de son cavalier. Sa position à cheval étant contractée, le cavalier perd tout son liant. Sans cette caractéristique essentielle à la pratique de l’équitation, le cavalier ne parvient pas à accompagner les mouvements de son cheval. Le cavalier figé et tendu lui semble alors incommodant. 

Pour parer cette mauvaise position à cheval, je vous conseille vivement de vous remémorer les spécificités propres à la posture du cavalier. Quand vous ressentez un de ces moments de stress à cheval, comparez-les avec celles que vous tenez à cet instant, et corrigez immédiatement ce qui peut l’être. Ainsi, vous éviterez peut-être de vous mettre en position de chute.

Ne pas hesiter a verifier et corriger sa position a cheval quand la peur monte et que le stress se fait sentir.
Vérifier sa position à cheval quand la peur se faite sentir. Photo par Pezibear sur Pixabay.

⏩ Suite à un événement éprouvant, vous rencontrez des difficultés à remonter votre dadou sereinement ? Téléchargez gratuitement ma formation Émotion et profitez de podcasts et de tous mes conseils pour vous libérer des émotions négatives qui entravent votre progression.

Message négatif transmis au cheval

L’autorité du cavalier sur son cheval

Vous l’avez compris, le cheval décrypte naturellement le langage corporel de son cavalier. Quoi que l’on vous dise, un cheval qui perçoit votre peur n’est pas grave en soi. Les personnes qui vous incitent à cacher votre crainte à votre cheval, sont les mêmes personnes qui vous mettent en garde sur le fait qu’il va profiter de votre vulnérabilité pour prendre le pouvoir sur vous. 

Selon elles, la relation entre un cavalier et son cheval s’établit par la domination de l’un sur l’autre. Un cheval qui ressent la peur de son cavalier remettrait alors en cause l’autorité de celui-ci. Si vous avez déjà vu ma vidéo sur la relation d’autorité homme-cheval, vous savez d’ores et déjà que je ne partage pas cette vision de l’équitation.

La communication entre un cavalier et son cheval

En réalité, le problème est tout autre. Concrètement, le cavalier qui a peur modifie sa position à cheval et apporte de l’inconfort à son dadou. Malgré lui, le cavalier lui adresse un message négatif, selon lequel il y a danger. Le cheval comprend que si son cavalier a peur, il a lui-même une bonne raison d’avoir peur. De ce fait, il modifie lui aussi son comportement, ce qui amplifie le sentiment de malaise du cavalier. En se transmettant leur stress mutuellement, ils entrent tous les deux dans un cercle vicieux.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment avoir une bonne main à cheval ?

Reprise du contrôle sur sa position à cheval

Pas de panique ! Nul besoin de désespérer, car le cavalier a une carte à jouer. S’il lui est impossible de reprendre le contrôle sur sa peur, il peut néanmoins le reprendre sur sa posture de cavalier. Voici de quelle façon il doit s’y prendre :

  1. Retrouver une bonne assiette sur sa selle.
  2. Ouvrir ses genoux pour permettre à ses jambes de descendre et de se remettre en place.
  3. Descendre ses talons et ainsi remettre du poids dans ses pieds.
  4. Basculer légèrement ses épaules vers l’arrière pour retrouver un alignement épaules-fesses-talons parfait.
  5. Placer ses mains loin devant sur l’encolure en décontractant les doigts sur les rênes.
  6. Enfin, respirer profondément et détendre son visage.
Respirer profondement aide a se detendre pour ameliorer sa postion a cheval.
Une respiration profonde aide à se détendre. Photo par Olia Nayda sur Unsplash.

Pour le cavalier, parvenir à être de nouveau aux commandes de son corps est primordial. En effet, cela lui permet de rétablir le liant et la souplesse qui lui manquaient pour retrouver une bonne position globale.

Message positif transmis au cheval

Plus de confort

En pleine reconquête de son corps, le cavalier retrouve une position à cheval convenable. En redonnant plus de confort à son cheval, il lui communique une certaine sérénité et lui signifie que tout va bien. Il inverse la tendance et tous deux peuvent se détendre. Il n’y a pas de danger.

Plus de confiance

Recouvrer une bonne position à cheval permet au cavalier de regagner confiance, mais présente également un autre avantage. En effet, parvenir à se sentir rassuré permet de remettre en route son cerveau et ses capacités cognitives. Celles-ci ont été complètement annihilées par le sentiment de peur. Il n’était alors plus possible de réfléchir raisonnablement. S’obliger à passer en revue sa posture à cheval permet de retrouver la maîtrise de ses émotions.

Bien que la peur est naturelle et commune à tous, la manière de la gérer diffère d’un individu à l’autre. En équitation, cette émotion influence directement la posture du cavalier. À la moindre défaillance de celle-ci, les conséquences sur le cheval ne se font pas attendre. S’il est vrai qu’il est impossible de bloquer sa peur, nous avons vu que le cavalier peut toutefois agir sur sa position à cheval, et ainsi retrouver la sérénité et le confort pour lui et son dadou. Et vous, quels défauts allez-vous corriger à votre prochaine séance ? Dites-nous tout en commentaire !

Partager l'article