Je vous le disais dans un article sur mon défi (mon défi, semaine 2 : dehors Emeraude) le trotting est un exercice très bénéfique dans le processus de travail de votre cheval. Alors:

  • Qu’est-ce qui différencie le trotting d’une simple promenade en extérieur ?
  • Comment l’aborder avec votre cheval ?
  • Quels sont ses avantages ?
  • Puis-je l’utiliser dans toutes disciplines ?
  • Avec n’importe quel cheval ?

cheval-trotting-plage

Cheval en trotting sur la plage

 

Définition: qu’est-ce-que le trotting ? Quels sont les avantages ?

Le Trotting est une technique de mise en condition du cheval consistant à alterner des phases de pas, de trot voire de galop. Les séances se déroulent en extérieur, en terrain plat mais de préférence en terrain varié. Leurs fréquences, leurs durées et leurs alternances dépendent des résultats souhaités et du niveau d’entraînement de votre cheval.

Le trotting présente de nombreux avantages, et ce avec n’importe quel cheval et dans toutes les disciplines !

  1. Il emmène votre cheval dehors, et ça pour le moral, ça n’a pas de prix. Le fait de sortir du manège ou de la carrière va être très bénéfique pour son mental. D’ailleurs, soit dit en passant, je vous conseille (mais c’est une évidence, non ? ) d’emmener votre cheval en promenade aussi. Juste rênes longues, tranquille, avec des copains, en s’arrêtant même brouter un peu d’herbe ! La promenade n’est pas réservée au mauvais poney de Papi qui sort une fois tous les 36 du mois ! Les chevaux de Grand Prix ont droit aussi à du bon temps !! (PS: pour le poney de Papi, mauvais, c’était une blague, hein ?)
  2. Le trotting travaille l’endurance, développe les muscles, le cœur et les poumons
  3. Un cheval capable de sortir seul en trotting n’a pas ou plus peur de grand-chose ! Alors fini les écarts dans le carré de dressage parce que Dadou a peur du pot de fleur ou le refus parce que l’obstacle est bleu !
  4. Cet exercice amène le cavalier à se préoccuper de l’état physique et mental de son cheval. Il est à l’écoute et gère son effort. Cela ne fait que renforcer le couple cavalier/cheval.

Un bon trotting, quels sont les objectifs ?

Un bon trotting demande de la réflexion et un programme de travail établi. Selon la condition physique de votre cheval, s’il est resté au repos par exemple pendant la période hivernale, ou si au contraire il a eu un travail régulier en manège, il va falloir adapter vos objectifs et vos demandes.

Très souvent, nous trouvons dans les livres des semaines types, qui peuvent être intéressantes pour vous donner une idée de programme, mais j’insiste sur le fait qu’il est important pour gérer l’effort de votre cheval d’être à son écoute.

Mes séances de trotting

tete-cheval-endurance

Cheval en course d’endurance

Je vais vous donner ici le déroulement des séances avec Emeraude, la jument de mon défi. Ces séances varient sur plusieurs points avec ce que l’on peut trouver dans la plupart des livres. Nous avons été, mon poney Pendjab d’Emery et moi, à 2 reprises champions de Normandie sur des courses d’endurance de 20 km rapides (en 2010 et en 2016) et avec mon cheval El Morito, champions de la Manche en 2017, avec cette méthode en course comme à l’entrainement. C’est pourquoi je vous la donne ici car elle a fait ses preuves :

1/Je pars déjà au pas rênes longues pendant une dizaine de minutes.

Ce qui va constituer la période d’échauffement. Ce temps est d’autant plus important pour Emeraude car elle est un peu tendue en extérieur et va ainsi prendre le temps de souffler avant le “vrai” début d’exercice.

2/Ensuite, je pars au trot pendant environ 1km.

Là encore, je reste rênes longues et je lui laisse prendre un petit trot naturel. Avec l’habitude, vous trouverez la vitesse qui convient à votre cheval.

(allez, on calcule un peu, sachant qu’au trot j’avance à environ à 12km/h, en combien de temps vais-je parcourir 1km …tic, tac, tic, tac oui 5 minutes bravo !)

Vous l’avez compris, pour faire un bon trotting, il vous falloir une montre chrono et faire un peu de calcul mental ! J’entends déjà les personnes de mon entourage rire…oui bon ok, je suis pas très doué en calcul mental, alors je vais vous donner le petit tableau qui (me) vous sauvera la vie ! (PS: j’utilise aussi ce tableau quand je fais des compétitions d’endurance et TREC).

Le petit tableau qui vous sauvera la vie

km/h km/h km/h km/h km/h km/h km/h km/h km/h
distances 6 7 8 9 10 11 12 13 14
25m 15’’ 13’’ 11’’ 10’’ 9’’ 8’’ 7’’+ 7’’ 6’’
50m 30’’ 26’’ 23’’ 20’’ 18’’ 17’’ 15’’ 14’’ 13’’
100m 1’ 52’’ 45’’ 40’’ 36’’ 33’’ 30’’ 28’’ 26’’
200m 2’ 1’43’’ 1’30’’ 1’20’’ 1’12’’ 1’6’’ 1’ 56’’ 52’’
300m 3’ 2’35’’ 2’15’’ 2’ 1’48’’ 1’38’’ 1’30’’ 1’23’’ 1’17’’
400m 4’ 3’26’’ 3’ 2’40’’ 2’24’’ 2’11’’ 2’ 1’51’’ 1’43’’
500m 5’ 4’18’’ 3’45’’ 3’20’’ 3’ 2’44’’ 2’30’’ 2’19’’ 2’9’’
600m 6’ 5’9’’ 4’30’’ 4’ 3’36’’ 3’17’’ 3’ 2’46’’ 2’34’’
700m 7’ 6’ 5’15’’ 4’40’’ 4’12’’ 3’49’’ 3’30’’ 3’14’’ 3’
800m 8’ 6’52’’ 6’ 5’20’’ 4’48’’ 4’22’’ 4’ 3’42’’ 3’26’’
900m 9’ 7’43’’ 6’45’’ 6’ 5’24’’ 4’55’’ 4’30’’ 4’9’’ 3’52’’
1km 10’ 8’35’’ 7’30’’ 6’40’’ 6’ 5’28’’ 5’ 4’37’’ 4’17’’
2km 20’ 17’9’’ 15’ 13’20’’ 12’ 10’55’’ 10’ 9’14’’ 8’34’’
3km 30’ 26’ 22’30’’ 20’ 18’ 16’22’’ 15’ 14’ 13’
4km 40’ 34’ 30’ 26’40’’ 24’ 22’’ 20’ 18’28’’ 17’
5km 50’ 43’ 37’30’’ 33’20’’ 30’ 27’ 25’ 23’ 22’
6km 1h 51’ 45’ 40’ 36’ 33’ 30’ 28’ 26’
7km 1h10’ 1h 52’30’’ 43’40’’ 42’ 38’ 35’ 32’19’’ 30’
8km 1h20’ 1h9’ 1h 53’20 48’ 44’ 40’ 37’ 34’
9km 1h30’ 1h17’ 1h8’ 1h 54’ 50’ 45’ 42’ 39’
10km 1h40’ 1h26’ 1h15’ 1h7’ 1h 55’ 50’ 46’ 43’

Pour utiliser ce tableau, il vous suffit de repérer 1 km sur votre parcours (avec une carte) et de regarder le temps que vous mettez à parcourir ce kilomètre. Cela vous donnera votre vitesse moyenne. Vous pouvez faire cet exercice aux trois allures. Ainsi, vous saurez évaluer la vitesse moyenne de votre cheval. A l’inverse, en connaissant la vitesse moyenne de votre cheval, vous pourrez évaluer vos points de kilomètres … C’est clair ?

3/ Une nouvelle période de pas

Après mon premier kilomètre de trot, “tranquille”, je repasse au pas, à nouveau rênes longues. Le temps de cette période va être variable, cela dépend de la récupération de la jument. Ensuite, j’ai deux exercices différents, je choisi donc d’un trotting à l’autre :

  • Soit, je vais demander à ma jument, une fois qu’elle est prête, de prendre un pas soutenu pendant 10 à 15 minutes.
  • Soit, je vais la mettre sur un trot, un soupçon plus soutenu que le premier mais en restant dans son allure naturelle. Je tiens ce trot pour le moment pendant un 5 à 7 minutes. L’objectif est de pouvoir augmenter petit à petit cette période, pour arriver sans difficultés à trotter pendant 30 minutes.
  • Il m’arrive aussi, pour le mental du cheval (et aussi pour le mien) de faire un petit galop bien sympa, rênes longues, histoire de s’amuser un peu …

4/ LA RECUPERATION : Un moment crucial

Ensuite, on arrive à un moment crucial, TRES important. Ce n’est pas le moment de rentrer à l’écurie. Au contraire, je prends un long moment, 15 minutes environ, au pas, rênes longues, jument libre de sa vitesse.

Cette période de “ dé-échauffement” comme dirait ma prof de danse est essentielle pour :

  1. le mental : la jument rentre de son trotting, zen et décontractée
  2. le physique : Elle arrive à l’écurie sèche ou quasiment. La période de pas va lui permettre d’évacuer l’acide lactique contenu dans ses muscles suite à l’effort et éviter ainsi les crampes et les courbatures du lendemain.

EN RESUME : Un bon trotting repose sur du fractionné bien minuté.

Si vous voulez que ce soit efficace il va donc falloir chronométrer vos promenades. Vous allez ainsi alterner périodes de pas, périodes trot voire de galop. La durée de ces périodes s’allongera au fur et à mesure des semaines.

Dans l’idée, vous pouvez vous baser sur le programme suivant avec au moins 10 bonnes minutes d’échauffement au pas. (Nb :Ce programme est conçu pour un cheval reprenant le travail après une longue période d’inactivité, adaptez donc en fonction de la condition de votre cheval)

  • semaine 1 : 10 min d’échauffement au pas puis 5 minutes de trot suivies de 5 minutes de pas et recommencez la même chose trois fois. Puis au pas rênes longues jusqu’à la maison.
  • semaine 2 : 10 min d’échauffement au pas puis 7 minutes de trot suivies de 5 minutes de pas et recommencez la même chose trois fois. Puis au pas rênes longues jusqu’à la maison.
  • semaine 3 : 10 min d’échauffement au pas puis 9 minutes de trot suivies de 5 minutes de pas et recommencez la même chose trois fois. Puis au pas rênes longues jusqu’à la maison.
  • semaine 4 : 10 min d’échauffement au pas puis 10 minutes de trot suivies de 5 minutes de pas et recommencez la même chose trois fois. Puis au pas rênes longues jusqu’à la maison

 

POUR ALLER PLUS LOIN

Une petite précision que j’ai souvent trouvé dans tous les (bons) livres consacrés à l’endurance :

Le trotting (et ses différentes variations d’allure) est un excellent exercice pour développer le cœur et les poumons du cheval. En endurance, pour préparer des grosses courses, les cavaliers pratiquent surtout de longues sorties de 3h / 3h30 uniquement au pas plutôt soutenu (avec du dénivelé, c’est le top du top).

Pourquoi du pas ? Parce que le pas permet de conserver l’intégrité physique des chevaux et qu’il permet d’inscrire un exercice dans la durée. Une fois cet exercice maitrisé, on attaque les phases de trotting et ensuite seulement le travail au galop afin d’apprendre aux chevaux à récupérer tout en poursuivant l’effort !

Bon trotting à vous et à vos Dadous !!

PS : Si la discipline de l’endurance vous intéresse, je vous recommande le livre ci-dessous, qui m’a bien aidé lorsque j’ai débuté cette discipline. Il est bien écrit, facile à lire et riche d’enseignements.

(Le lien ci-dessous est un lien affilié. C’est à dire qu’un pourcentage de la vente revient au blog A dada mon dadou. Vous ne payez pas plus cher, et cela aide votre blog préféré à vivre !)

Débuter et progresser en Endurance, de Lucie Mercier, aux éditions BELIN

Debuter-et-progreer-en-endurance

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •