Si vous vous êtes déjà lancés dans l’aventure de la compétition, vous devez connaître la sensation de l’adrénaline et des jambes qui tremblent à la reconnaissance de votre parcours ou à l’annonce de votre nom. C’est une sensation qui certes peut vous porter, vous amener à dépasser vos limites…Mais si vous ne le gérez pas, cela peu aussi devenir paralysant. Je vous propose dans cet article mes 7 astuces pour gérer votre stress.

 

pulse-trace-163708_640

Gérer son stress, conseil n°1 : entraînez-vous !

Ok, ce conseil peut vous paraître évident si vous êtes plutôt du genre organisé. Mais sachez qu’une partie des cavaliers, dont je fais partie, passe les semaines qui précèdent la compétition à se dire : “Oui c’est bon j’ai le temps, c’est dans quelques semaines.” Vous savez, le genre de personnes à procrastiner à mort et à se mettre à bosser qu’une fois au pied du mur !

Alors petit message si vous vous reconnaissez dans cette description : Je vous comprends. C’est vrai, c’est tellement difficile de se préparer en amont. On pense toujours qu’on a le temps et ensuite on se met à paniquer le jour J en se disant : “Mais je ne suis pas du tout prête !”

Alors, mon premier conseil va être de vous organiser. Vous devez connaître votre reprise de dressage ou votre programme libre de voltige sur le bout des doigts. Ou enchaîner les parcours d’obstacles pour bien connaitre les foulées de votre cheval. Essayer de déterminer de manière pragmatique les compétences qui vous sont nécessaires pour réussir votre épreuve et travaillez-les, unes à unes. Pour cela, je vous conseil de vous référer à l’article Séance d’équitation efficace, ma méthode pour procéder avec méthodologie.

Conseil n°2 : Lisez le règlement de votre discipline

Ca parait bête, ça parait chiant (et ça l’est) mais en lisant le règlement de votre épreuve de manière précise, autrement dit pas en diagonale, vous saurez exactement ce qu’on attend de vous le jour J. De fait, si vous connaissez le protocole, le stress diminue. Et avouez que ce serait trop bête d’être éliminé d’une épreuve parce que vous êtes partis avant la sonnerie de la cloche, ou parce que l’ordre des figures imposées ont changé en cours d’année (oui, ça sent le vécu)… Vous aurez également des indications sur le positionnement des juges, sur le déroulement de l’épreuve, sur votre équipement …De quoi bien se préparer. Si vous êtes en France, faites un petit tour sur le site de la FFE, rubriques disciplines

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les championnats de France à Lamotte-beuvron : Feedback

Gérer son stress, conseil n°3 : Préparer votre matériel

Pour avoir été obligée de faire demi-tour le jour d’une compétition parce que je me suis rendue compte au bout d’une demi-heure de voiture que j’avais oublié le tapis de voltige, je vous assure que ce conseil n’est pas superflu.

Je vous conseille donc de faire une check-list de ce que vous devez emmener à chaque compétition sur une petite fiche, pour éviter d’avoir tout à refaire à chaque fois.

Voici comme je m’organise :

Une colonne sur le matériel nécessaire à la gestion du cheval :

couvertures, couvre-rein, seau d’eau, grains, filet à foin, couteau de chaleur, matériel de pansage, élastiques, bandes de travail et/ou bandes de repos …

Une sur le matériel lié à la pratique de l’équitation, ou de la voltige pour ma part :

tapis, surfaix, mousse, filet, élastiques ou rênes viennoises, chambrière…

Une colonne sur le matériel nécessaire au cavalier :

Bombe, gilet, dossard, cravache et éperons si vous en utilisez, élastiques pour les cheveux…Ou pour le voltigeur : tenue de libre, tenue d’imposés, chaussons de danse, élastiques pour chignon, maquillage, brassards, jogging pour ne pas avoir froid, baskets pour l’échauffement…

Enfin, ne pas oublier une colonne sur l’administratif :

licence, clé USB avec la musique, papier du cheval, registre de transport du cheval, un peu d’argent …

Je répartie ces 4 catégories en 4 sacs différents. Ça évite les coups de stress au pied du camion a être obligé de tout ressortir pour trouver la clé USB…bullying-2778163_640

Gérer son stress, conseil n°4 : passez une bonne soirée

On dit souvent qu’il faut réviser et se coucher tôt la veille. Pour ma part, je risque d’avoir vraiment du mal à dormir si je me couche plus tôt que d’habitude en relisant ma reprise de dressage avant de dormir. J’ai envie de vous dire, la veille au soir, changez-vous la tête ! Alors ne me faites pas dire que de sortir en boite de nuit en enchaînant la tequila paf est idéal… Regarder un film si vous avez la télé (ce qui n’est pas mon cas) ou prendre un bon bouquin me paraît être une bonne solution. Allez faire un petit câlin à votre cheval et puis n’y pensez plus jusqu’au lendemain.

Gérer son stress, conseil n° 5 : Respirez

gérer son stressUne demi-heure avant le début d’une compétition, j’aime bien prendre un petit temps pour faire des respirations lentes et profondes ou pour faire un peu de méditation.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment réaliser le noeud du pêcheur ? Vidéo 1 de mon défi 30 j 30 vidéos

Vous avez des applications sympas pour cela comme petit bambou…Plus simplement, voici un exercice que j’aime bien pratiquer avant mes compétitions :

Asseyez-vous dans un endroit confortable, en tailleur ou sur une chaise et prenez le temps de faire cinq respirations lentes et profondes.

Ensuite fermez-les yeux et faites 10 inspirations/expirations. Le but du jeu est d’arriver à compter ainsi jusqu’à 10 sans être perturbé par ses pensées. Chaque fois qu’une pensée vous fait perdre le fil de votre décompte, recommencez.

Une fois arrivé à 10, comptez à nouveau vos inspirations/expirations jusqu’à arriver à 0.

A la fin de cet exercice, vous devriez conserver une respiration lente et profonde et peut être ressentir des petits picotement dans vos doigts.

Conseil n°6 : Aidez votre cheval à gérer son stress

J’aime bien essayer ensuite de retrouver l’état mental zen quand je suis à cheval mais surtout quand je suis longeuse. Etant au milieu du cercle, mon cheval me voit parfaitement tout au long de la compétition. Très souvent, il est perturbé par l’environnement inconnu et les autres chevaux autour. Le fait de me voir au milieu du cercle sur une respiration zen et maîtrisée a souvent pour effet de le détendre lui aussi. Il me regarde du coin de l’œil, mâchouille et se décontracte.

C’est la même chose à cheval pensez à vous décontracter. Notamment au niveau de votre bassin. Un cavalier stressé a son bassin verrouillé. Asseyez-vous bien dans la selle avec un bassin délié. Pensez aussi à vos mains, à les ouvrir, à offrir un contact doux et moelleux à votre cheval.horse-trials-379466_640

Gérer votre stress en sortant de votre zone de confort, conseil n°7 :

Et dernier conseil, sortez aussi souvent de votre zone de confort. Challengez-vous ! A force de vous engager dans des compétitions ou dans des spectacles, vous allez petit à petit arriver à utiliser votre stress de façon positive comme quelque chose qui vous boost et plus comme quelque chose qui vous freine.

Et vous, quelles astuces utilisez-vous pour gérer votre stress ?

Si cet article vous a plu, pensez à le partager avec vos amis !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  
  •