Non classé

L’équitation un sport de fille ! [Coup de gueule]

L’équitation un sport de fille ! Et si on mettait les chevaux de côté pour une fois et qu’on parlait des garçons…Ça vous dirait ?

Non rassurez-vous, je ne vais pas transformer A dada mon dadou en un forum de rencontre ou quoique ce soit ! Non, dans cet article un peu particulier, en forme de coup de gueule ou de coup de pied au cul, vous choisirez, je voudrais partager avec vous une réflexion sur notre société. Et t’en qu’à faire essayer de mettre mon petit grain de sel dans les rouages bien huilées de notre société cloisonnée, stéréotypée et trop souvent caricaturale.

Désolé ma puce, cela n’existe pas pour les filles

Quand je serai grande, je ferai footballeuse!

Pendant mes congés, je bidouillais un peu sur le net et j’ai été touché par une conférence de Mélissa Plaza, footballeuse professionnelle, dont le titre était “Désolé ma puce, ça n’existe pas pour les filles!”.

Dans ce talkshow, Mélissa Plaza racontait son difficile parcours pour devenir footballeuse dans un monde où les petites filles sont cloisonnées dès leur âge le plus tendre ! Par des vêtements roses et violets, à jouer à la poupée ou à la dînette en envisageant une carrière de secrétaire en attendant bien sûr, le beau, l’héroïque Prince Charmant pour lequel elles seront prêtes à tout quitter !

Une conférence de qualité

Une conférence de grande qualité qui raconte l’incrédulité d’une petite fille qui avait un rêve et qui ne comprenait pas pourquoi il lui était impossible de l’accomplir. “Parce que ça ne se fait pas pour une fille”. J’ai été touchée par cette conférence parce que pour moi, en tant que femme, je suis du genre très à vif sur le sujet. Et je ne supporte pas ces déterminismes de la société. Mais aussi parce que ça m’a tout de suite rappelé cette phrase maintes et maintes fois entendu … “l’équitation, un sport de fille !”

Dans la vie ma chérie, tu feras ce que tu voudras …

équitation un sport de filleAyant moi-même une petite fille, je me suis pourtant très vite rendu compte qu’il était très difficile d’échapper à ce phénomène contre lequel je m’insurge.

Malgré moi, ma fille a eu un bracelet rose de la maternité à sa naissance, avec toute la panoplie rose bonbon, de son body à son petit gilet, ses chaussons ou encore son bonnet.

Malgré elle (car elle déteste ça), la famille ou “le père noël” de la commune lui a offert des poupées Barbie et des baigneurs. Et même une cuisine et un petit fer à repasser en plastique !

A l’école maternelle, elle s’est même vue interdite de jouer au ballon “parce que c’est pour les garçons” lui avait répondu sa maîtresse (une femme). Mais ce n’était pas pour la contraindre m’avait raconté la maîtresse mais pour la protéger car les garçons tirent fort au but !… Bien sûr!

Ou presque …

Mais l’anecdote qui m’est restée le plus en travers de la gorge, c’est le jour où sa nounou (une femme) a dit devant mon mari (heureusement je n’étais pas là ce jour-là) que ma fille était tombé de la corde à nœuds installée sur le portique de la balançoire… Mais “qu’en même temps, c’est normal, ce n’est pas fait pour les filles, je l’avais pourtant prévenue”.

Inutile de vous dire que mon mari a plus que relevé l’insinuation en lui demandant en quoi une fille ne pouvait pas grimper ! Et ça me fait plaisir aussi de vous dire que l’on a changé de nounou par la suite mais pas seulement à cause de cela bien évidemment !

Désolé mon p’tit gars, ça ne se fait pas pour un garçon…

Mais ce qu’il faut que je vous dise, c’est que j’ai aussi un petit garçon. Et mon petit garçon a, lui, eu un bracelet bleu à la maternité. Qu’il a eu des petites voitures et des boites à outils par l’entourage. Que lui avait le droit de jouer au ballon dans la cour d’école mais pas de porter du rose parce que évidemment…

Pan, pan t’es mort !

Et puis dans la cour d’école, pendant que les petites filles font des tresses à leur poupée, les garçons jouent à “pan pan t’es mort”. A la guerre. Parce que dans notre société “les petits mecs”, ça doit être méchants ! Si vous ne me croyez pas, allez faire un tour au rayon cartable à la rentrée…Je peux vous dire que j’ai galéré à trouver un cartable où il n’y ait pas de méchant type batman, superman ou spiderman !

Et si ce n’est pas le cas, c’est un fermier sur son tracteur !

Quand je serai grand, je serai danseur !

ballet-2124654_640Et puis aussi, il faut que je vous dise que mon petit garçon adorait la danse classique, à laquelle il a participé pendant un an. Evidemment seul garçon au milieu des filles. Je ne résiste pas à vous citer une réflexion empreinte de philosophie d’un homme m’expliquant que son fils faisait du foot. “Et toi, ton fils, il fait quoi comme sport ?” “Mon fils, il fait de la danse classique.” “De la danse classique ! Mais t’as pas peur qu’il devienne…euh enfin tu vois quoi !” Je vous assure c’est véridique. Triste à en pleurer, mais véridique.

L’équitation, un sport de fille ?

Vous vous demandez peut être à ce stade de mon article où je veux en venir. Eh bien c’est tout simple, mon fils a arrêté la danse classique. Pourquoi ? Parce qu’il était le seul garçon ! Ensuite, il s’est inscrit à la voltige où il est le seul garçon…et au poney, où ils sont deux !

La question que je voudrais vous poser aujourd’hui c’est la suivante : Est-ce que l’équitation est un sport de fille ? Mais autrement dit, laisse-t-on la place aux garçons dans notre sport ?

L’équitation, c’est pas pour les garçons !

51gNHXylygL._SY356_BO1,204,203,200_Du coup, je me suis rendue un peu sur les forums pour voir ce qu’en disaient les internautes. Et j’avoue que je n’ai pas été déçue ! Allez, je vous livre quelques pépites :

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Mon défi : du débourrage au galop 7 en 52 semaines

PS : A ce stade de l’article, vérifiez bien que vous êtes assis sur votre chaise. Je précise que les extraits en italique sont véridiques et non retouchés, fautes d’orthographe y comprises ! Sinon, ça aurait enlevé du charme ! (Mais aussi que mes titres sont ironiques, vous l’aviez compris, n’est-ce-pas ?)

Alors, accrochez-vous !

L’équitation est un sport de fille car il faut s’occuper des chevaux…

“Moi j’ai une théorie (personnelle) c’est que les garçons préfèrent les loisirs plus égoïstes
C’est un loisir où tu passes beaucoup de temps à t’occuper de cheval plus qu’à en profiter et à faire quelque chose pour toi même.
Si le cheval est malade tu ne peux pas le monter et si tu n’as pas envie il faut t’en occuper quand même.
C’est beaucoup de contraintes et il y a une dimension affective et relationnelle qui satisfait plus les filles que les garçons…
Et puis ça se brosse comme une poupée”

Les garçons, ça aime la compétition

male-3089740_640parceque au debut, on commence à poney et les filles aiment chouchouter , brosser et coiffer les poney!
evidement ça reste quand on grandi, les filles aiment ce confier à leurs chevaux, elles aimes le contact et les balades, cheveux au vent…gnangnan quoi! donc les filles sont attiré plus que les garçon au debut!! aprés ça change!
les garçons, ça aime le poney pour aller vite, faire de la compétition, gagné! les garçon font de l’équitation mais plus tard! direct à cheval, pour faire de la compet! out les coiffure et pansage et bichonage du poney!! pour un jeune garçon c’est comme s’il jouer avec une poupée géante, c’est naz!”

L’équitation est un sport de fille…parce que les hommes font de la moto !

“Moi j’ai mon idée.
Nous, les mecs, avant de s’acheter un cheval, on va d’abord s’acheter une belle voiture.
Alors nos femmes s’achètent un cheval, juste parce qu’on s’est acheté une belle voiture (c’est donnant-donnant, vous connaissez ça, vous les mecs).
Et puis, quand on veut essayer leur cheval, bein elles veulent pas nous le prêter.
Ca nous gonfle, alors pour se faire plaisir, on va s’acheter une moto.
Alors, au bout de quelques années, quand la femme s’aperçoit qu’elle fait du cheval toute seule, sans son homme, elle décide enfin de nous laisser monter sur son cheval… mais là y’a 15 ans qui sont passées.
Et c’est comme ça que les hommes finissent enfin de monter à cheval… à 40 ans!!!
Si vous étiez concilliantes dès le début… bein on serait plus d’hommes à monter à cheval.”

Ah donc les hommes ne feraient pas de cheval parce que les femmes ne voudraient pas leur prêter …lol. Allez on continue ?

L’équitation est un sport de fille pour des raisons physiologiques, et oui !

”parce que quand on débute à cheval on se tient pas toujours bien et les garçons sa leur fait mal LA OU IL FAUT PAS alors ils arrentent”

Mais comment faisaient –ils quand ce sport était exclusivement masculin ? Les hommes étaient-ils alors moins bien équipés ? Je vous laisse le soin d’aller vérifier !

L’équitation est un sport de fille, donc si les hommes en font, c’est qu’ils sont homos !

cowboy-1909926_640“J’avais 16 ans quand j’ai appris à monter à cheval. Il y a donc 47 ans de ça.
Il n’y avait aucune fille en ce temps là. Encore très peu en tout cas. C’était pleinement une activité de garçons, et une activité très virile. On s’occupait des chevaux, on faisait tout, jusqu’à tenir les pieds lors du ferrage.
Les copains qui n’approchaient pas ce milieu nous enviaient.
Même le travail en manège était difficile. On était mené ” à la baguette ” , à coup de pieds au cul, quoi !
Mais c’était la mentalité de l’époque! A la maison les parents étaient pareils.
Et j’ai vu peu à peu se féminiser cette activité.
Cela ne me disconvient pas. Mais elle a pris une tournure, un état d’esprit, un comportement ” très maternel ” qui devient gênant pour les garçons qui ne veulent pas être pris pour des homo.
Comme le dit xxx, si l’instructeur appelle ” les filles ” alors qu’il y a aussi des garçons dans le groupe, ils sont la risée des copains.
Alors ils vont jouer au foot même s’ils n’aiment pas ça.
C’est juste pour que leur virilité ne soit pas remise en cause.”

Mais non, les filles sont juste plus aptes à soigner, plus persévérantes, plus empathiques …

Un post qui parait à première vue, plus fondé, avec des 5  bulles pour répondre à la question…Allons voir…

“Il y a plus de filles que de garçon, parce que :

-L’équitation est un sport de couple où la force athlétique du cheval est plus déterminante que celle du cavalier.

-Le grooming qu’implique l’équitation est en phase avec l’aptitude au bichonnage perçue comme féminine.

-L’équitation est un sport exigeant. Les petites filles sont en général plus persévérantes que les garçons qui se laissent plus facilement arrêter par une phase difficile.

-Les filles sont plus grandes et plus précoces que les garçons au même âge et les garçons ont tendance à fuir un milieu où ils ont du mal à prendre le leadership.

-Le cliché est que le rapport des femmes aux animaux serait davantage fondé sur la complicité, tandis que celui des hommes reposerait plus sur la soumission. Quoique…”

Je vous laisse méditer sur ces 5 bullets…En attendant, la pépite du jour :

No comment

“T’as oublié de dire que si les 3/4 des gens qui font du cheval sont des filles (chiffres officiels) c’est parce que ça les stimule entre les cuisses à chaque fois qu’elles tapent contre la selle. C’est la même chose pour les sièges qui émettent des vibrations dans les bus ou sur les motos, le pommeau de douche, etc. C’est vraiment tabou et aucune de ces salopes n’oseront le dire.”

Bon, je crois que vous serez d’accord avec moi pour deux choses. La première c’est qu’il est préférable qu’on s’arrête là pour les citations des internautes, véritables philosophes en herbe !

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Exercice à la longe : La spirale

La deuxième, c’est qu’on trouve vraiment n’importe quoi sur les forums d’équitation ! A-t-on déjà vu des topics intéressants, et qui est plus sans fautes d’orthographes ?

Qu’en est-il réellement ?

En faisant des petites recherches beaucoup plus sérieuses que les discussions de comptoirs, euh je veux dire des forums, j’ai appris plein de choses.

Les femmes montaient à cheval

La première c’est que les femmes ont monté à cheval, pendant très longtemps, à califourchon comme en amazone. Comme il est mentionné dans cet article de Wikipédia :

Image d'une femme chevauchant en amazone, probablement Anne de Bohême (1366-1394) – Gerard Horenbout, XVIe.

“Durant le Moyen-âge occidental, de nombreuses corporations acceptent l’adhésion des veuves afin qu’elles puissent continuer l’activité de leurs maris décédés. Certaines femmes exercent des métiers liés au cheval. Dans les exploitations agricoles, les femmes travaillent souvent avec des hommes […]ce qui leur donne parfois la responsabilité des chevaux de traits et des bœufs, ainsi que la gestion des soins à leur apporter.

[…]de nombreuses femmes voyagent à cheval sur de longues distances. Les épouses de la haute société accompagnent souvent leur mari sur les tournois. […] Les religieuses et femmes de foi effectuent des pèlerinages. Lorsqu’elles ne vont pas à pieds, ces femmes voyagent en général à cheval”

 

La montée de la monte en amazone

Petit à petit la monte à califourchon est progressivement interdite en Europe. L’apogée de la monte en amazone se situant à la fin du XIX siècle. Les femmes ont alors besoin d’une assistance, et donc des hommes pour se mettre à cheval avec leur robe. C’est “l’équitation des dames” qui met fin à un accès égalitaire au cheval et donc aux déplacements, renforçant ainsi la domination et le pouvoir des hommes.

L’équitation de loisir et l’équitation sur poney

La fin d’une “équitation militaire et virile”

cavaliere-a-poney-2La démocratisation de l’équitation pour les femmes se fait même temps que l’accès des femmes aux autres pratiques sportives, à savoir dans les années 1950 à 1970. Se développe dès les années 1970 l’équitation sur poney, accessible aux jeunes garçons comme aux petites filles. C’est également la fin d’une vision de l’équitation militaire et “virile”.

Le début d’une intense féminisation en loisir

La contrepartie de l’accès des petites filles à cet univers resté pendant longtemps l’exclusivité des hommes aurait par ailleurs contribué à la baisse de fréquentation des petits garçons pour se démarquer des filles.

Le fossé fille/garçon dans la pratique de l’équitation serait alors lui aussi le résultat d’une injonction de la société sur nos petits garçons à se démarquer du public féminin pour affirmer une soi-disant virilité ?

 

 

Mais une compétition toujours à dominante masculine

horse-1235911_640Reste le fossé entre la pratique de loisirs, dominé à 70 % par les femmes et les pratiques compétitives toujours majoritairement masculines. Vous n’avez certainement pas échappé aux débats de 2018 sur la charge mentale et les charges ménagères reposant encore en grande majorité sur les femmes, même si la société est en progrès. On peut lire encore dans Wikipédia que : “Les femmes qui parviennent à se hisser au niveau de la haute compétition ont généralement un gros capital économique leur permettant d’accéder à des chevaux performants et de se libérer des tâches domestiques, ou bien sont issues de familles de cavaliers professionnels reconnues”.

Pour moi, deux choses importantes ressortent de cette réflexion :

Un accès limité des femmes sur le haut niveau et la professionnalisation

La première, c’est qu’il y a encore beaucoup de travail pour que les femmes aient vraiment une place à part entière dans le monde du cheval, pour qu’elle puisse accéder à des niveaux de compétition au même titre que les hommes.

De même, il est extrêmement fréquents dans les centre équestre d’avoir “Madame” qui s’occupe des enfants et des poneys, pendant que “Monsieur” enseigne aux ados pour en faire des compétiteurs. Là encore, ce sont des secteurs assez cloisonnés.

Un accès des garçons limité par les stéréotypes

La deuxième chose importante, c’est que les garçons ont aujourd’hui un accès difficile à l’équitation. Dû aux stéréotypes que l’on colle aux petits garçons dès leur plus jeune âge. Et oui car l’équitation est devenu “un sport de fille”. Et qu’est-ce que cela veut dire ? Dans l’esprit de celui qui prononce cette phrase, cela veut dire que ce n’est pas vraiment un sport, que ce n’est pas ou que ce n’est plus “digne d’un homme”.

Et si on mettait notre petit grain de sable, tous ensembles ?

Alors c’est maintenant à nous de jouer ! Pour ouvrir les portes de nos centres équestres à nos petits garçons, il est nécessaire à la fois de médiatiser ce sport mais d’éviter d’y associer des petits poneys en plastique frisés avec une croupe à paillettes et des crins multicolores. 

Mélissa Plaza disait que quand elle se voyait interdire le rêve d’une pratique professionnelle du football, elle avait l’impression que la vie était un jeu où les femmes ne jouaient que sur une moitié de terrain. Et il en va de même pour les hommes.

A nous de ne pas imbriquer notre sport dans des stéréotypes de genre. L’équitation est un sport mixte et il serait dommage qu’il devienne exclusivement féminin.

Alors je voudrais passer un message aux petits garçons (ou que vous le fassiez passer pour moi). Montez à cheval, dansez, dessinez, faites ce qui vous fait vibrer !

20180923_-_VOLTIGE_-_.TAILLEZ

Pour un monde meilleur.

Et vous lecteurs qui êtes arrivé à bout de ce long article, qu’en pensez-vous ? L’équitation est-elle pour vous un sport de fille ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Vous aimerez aussi
Comprendre son Dadou, travail à pied
Cheval qui bouscule en main : Que faire ?
Autres disciplines, Dadou s'active, Equitation
Le huit de chiffre à une main [TREC]
Dadou s'active, Mes Dadous et moi, Non classé
Parcours en terrain varié [Vidéo drone]

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Marre de tomber de cheval ? Recevez ma formation vidéo gratuite "Améliorer sa position et éviter les chutes !"