Vous est-il déjà arrivé de placer vos aides du départ au galop à droite et que votre cheval parte systématiquement au galop à gauche ? Vous entendez alors votre moniteur d’équitation crier à l’autre bout du manège « A faux Bernadette ! Galop à faux ! ». Mais vous l’aviez sûrement déjà remarqué, tellement le galop à faux peut être inconfortable ! Mais d’où vient le problème ? Que faire avec un cheval qui part au galop à faux ? Je vous propose de voir ensemble aujourd’hui les différentes solutions qui s’offrent au cavalier pour pouvoir remettre le cheval au galop à juste.

cheval qui part au galop à faux ou à juste

Qu’est-ce que le galop à faux ?

On parle de galop à faux, lorsque le cheval galope sur le pied opposé à la main sur laquelle il évolue, en dépit de la demande de son cavalier. Autrement dit si vous êtes à main droite et que votre cheval galope malgré vous sur le pied gauche, alors on dit qu’il galope à faux.

Petit rappel du mécanisme du galop

Pour rappel, le galop est une allure basculée, dissymétrique avec trois temps de poser des membres au sol et un temps de suspension. Lorsque le cheval galope sur le pied droit, il pose son postérieur gauche, puis son diagonal gauche, à savoir l’antérieur gauche et le postérieur droit. Il pose ensuite son antérieur droit. Suit alors un temps de suspension pendant lequel aucun membre du cheval ne touche le sol. (C’est le moment où on a l’impression de voler ;))

Le départ au galop par prise d’équilibre vs le départ au galop par déséquilibre

A partir d’un certain niveau équestre, le cavalier ne va plus demander le départ au galop à son cheval par déséquilibre, c’est-à-dire en accélérant le trot et en provoquant le galop dans un tournant. Il va placer ses aides du départ au galop. Le cavalier demande alors un départ au galop par prise d’équilibre. Il n’a plus besoin d’accélérer l’allure inférieure. Le cheval part alors au galop en poussant avec ses postérieurs.

L’avantage, en plus d’avoir un galop équilibré, c’est que le cavalier va pouvoir influer sur le cheval en lui demandant de partir au galop sur le pied qu’il désire, à gauche ou à droite. Lorsque le cavalier est à main droite et qu’il galope sur le pied droit, on dit qu’il galope à juste. Mais s’il galope sur le pied gauche, tout en étant à main droite, on dit que le cheval galope à faux ou est au contre-galop, ce qui n’est pas la même chose.

Quelle est la différence entre le galop à faux et le contre-galop ?

Je me souviens, lorsque j’étais ados, je trouvais cela ridicule de devoir m’appliquer à partir au galop à juste alors que j’avais lu dans un livre qu’il faudrait que je demande à mon cheval du contre-galop au niveau galop 6. Ce que je n’avais pas compris à l’époque, c’est qu’il y a une différence entre le galop à faux et le contre-galop.

Le cheval est au galop à faux lorsque le cavalier, à main droite demande au cheval de galoper sur le pied droit, et que celui-ci galope sur le pied gauche.

Le cheval est au contre-galop lorsque le cavalier, à main droite, lui demande volontairement de galoper sur le pied gauche.

Quelle est l’utilité me direz-vous ? Et bien tout simplement l’intérêt du contre-galop, c’est de muscler le cheval et de travailler son équilibre. Un cheval qui est assez souple pour pouvoir faire un galop rassemblé sur le pied opposé, va avoir un galop à juste encore plus équilibré et encore plus délié. Le contre-galop est donc un exercice gymnastique.

Comment savoir si mon cheval galope à faux ?

cavaliere cheval galop

La plupart du temps, les cavaliers ressentent qu’il y a quelque chose « qui cloche » lorsqu’ils galopent à faux. On ressent une secousse, presque que comme si le cheval boitait. Le cheval de son côté a du mal à maintenir l’impulsion, et risque de repasser au trot dans le premier tournant du manège.

Néanmoins, sur certains chevaux souples, musclés et bien équilibrés, il arrive que le cavalier ne se rende pas compte qu’il galope sur le mauvais pied. Dans ce cas, le cavalier va devoir vérifier.

Si mon cheval galope sur le pied droit, je vais avoir deux moyens de le vérifier :

Soit en utilisant mon regard. Je vais alors regarder les épaules de mon cheval et voir par quel antérieur le mouvement du galop se termine. Visuellement, j’ai l’impression que l’épaule droite s’avance plus loin que l’épaule gauche.

Soit en utilisant mon ressenti, c’est ce que fait le cavalier plus expérimenté. Au galop sur le pied droit, je vais sentir mon bassin dessiner une sorte d’ellipse, en allant de l’arrière vers l’avant et de la gauche vers la droite.

Donc vous l’avez compris, si mon cheval galope sur le pied droit à main gauche, c’est qu’il galope à faux !

Quelles sont les causes du galop à faux ?

Les causes peuvent être très variées. Je vous propose donc si vous rencontrez ce problème avec votre cheval de vous transformer en cavalier-chercheur et de mener l’enquête. ^^

La première question à se poser est la suivante : Est-ce qu’il galope à faux des deux côtés, à main droite comme à main gauche ? Et la deuxième question importante : Est-ce qu’il ne fait ça qu’avec vous ou le répète-il avec d’autres cavaliers ?

Le problème vient du cavalier

On a tendance à se dire dès le début que notre cheval a un problème. Mais avant de courir chez le vétérinaire, la solution la plus sage, et la moins coûteuse, est déjà de se demander si le problème ne viens pas de vous !

placement des aides du cavalier pour le départ au galop

Vérifier vos aides du départ au galop

Commencez d’abord par vérifier vos aides au départ au galop. Peut-être qu’elles ne sont pas correctes.

En fonction de son niveau équestre, le cavalier ne va pas procéder de la même façon pour partir au galop. S’il est plutôt d’un niveau galop 3 ou 4, le cavalier va « traverser » son cheval. C’est-à-dire le mettre en oblique par rapport à la piste pour que mécaniquement le cheval parte au galop sur le bon pied. Par exemple, s’il souhaite partir au galop à droite, le cavalier va faire une rêne d’appui droite et décaler les épaules du cheval légèrement vers la gauche, reculer sa jambe gauche en jambe isolée pour amener les hanches légèrement en piste intérieure et déclencher le galop en serrant ses deux jambes.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  10 erreurs courantes à la longe

A un niveau un peu plus avancé, le cavalier va demander le galop avec une rêne d’ouverture, ou rêne directe droite, ce qui va avoir pour effet d’amener le museau du cheval à l’intérieur. Il va reculer sa jambe gauche en jambe isolée pour agir au cas où les hanches dérapent vers l’extérieur. La jambe intérieure agit à la sangle sur l’ensemble du corps du cheval et la rêne extérieure, rêne régulatrice, maintient les épaules du cheval.

Un bon moyen de savoir si vos aides du départ au galop sont justes, c’est de monter un autre cheval. Si vous voyez que vous avez les mêmes problèmes de départ au galop à faux avec une autre monture, c’est effectivement qu’il va falloir que vous revoyiez votre placement d’aides.

Le cavalier déséquilibre le cheval vers l’avant-main

L’erreur la plus courante est d’avoir un cavalier qui se redresse et place correctement ses aides, sans que le cheval n’accélère l’allure inférieure …Mais au moment de partir au galop, il détend d’un coup ses rênes et se jette vers l’avant. Pour le cavalier débutant, c’est souvent difficile de comprendre que le cheval, en s’équilibrant vers l’arrière-main, va ralentir son allure pour partir au galop. Il a l’impression que celui-ci va s’arrêter. Du coup, il revient à son envie de pousser le cheval et d’accélérer… Tout le poids est ainsi transféré sur l’avant-main, le cheval surcharge ses épaules …et part au galop à faux, tout en déséquilibre.

Le cavalier qui surcharge l’épaule interne

Une autre erreur courante est celle du cavalier qui surcharge l’épaule interne. Le cavalier veut en fait bien faire. Il place ses aides du départ au galop à gauche. Avant même que le cheval ne soit parti au galop, le cavalier se penche pour vérifier s’il est sur le bon pied. Il se penche donc vers l’épaule gauche pour la regarder, surcharge ainsi l’épaule gauche … Et amène son cheval à galoper à droite !

Le cheval galope à faux parce qu’il a des raideurs

Tous les chevaux ont un côté qu’ils préfèrent, un côté plus souple. Si vous ne demandez rien en promenade par exemple ou en liberté dans son pré, le cheval va avoir tendance à galoper sur le pied qui est le plus confortable pour lui. Cependant, en manège, on va demander au cheval de galoper des deux côtés, de manière fluide et souple. Le cavalier va donc devoir élaborer un planning de travail pour son cheval en tenant compte de ce défaut de souplesse et donc en lui proposant régulièrement des exercices gymnastiques. Pas de panique, je vous donne des pistes de travail juste après !

Le cheval a des douleurs

Vous êtes peut-être en train de vous dire que des raideurs et des douleurs, c’est un peu la même chose. En fait, je distingue des simples raideurs, sur lesquels le cavalier va pouvoir agir de lui-même, par un travail raisonné et les douleurs. Les douleurs sont pour moi une incapacité physique qui fait que le cheval ne peut pas, mécaniquement, faire l’exercice demandé. Le cavalier va devoir recourir à une tierce personne, à un professionnel pour l’aider à régler son problème.

Quelles sont les solutions à mettre en place pour galoper à juste ?

Si le cheval galope à faux à cause d’un problème mécanique ou d’une douleur

Si comme nous l’avons vu plus haut, le cheval à une incapacité physique à faire l’exercice, dans ce cas, le cheval part au galop à faux par défense. Il va donc falloir avoir recours à un professionnel. En aucun cas, il ne faudra forcer le cheval à faire un exercice sans avoir éliminé une cause physique (ou même psychique).

problème locomteur du cheval chez le vétérinaire équin

Appeler l’ostéopathe équin

Personnellement, l’ostéopathe équin est le premier professionnel auquel je fais appel en cas de doute sur un problème locomoteur. L’ostéopathe va d’abord observer la posture du cheval et la façon dont il se déplace, s’il est irrégulier. Ensuite, il va tenter de ressentir des tensions ou des déséquilibres d’énergie qui peuvent causer des douleurs, et va ensuite rétablir l’équilibre par des manipulations.

Appeler le dentiste équin

Très souvent, le cheval qui n’est pas confortable dans sa bouche présente des réactions de défense. Faire venir le dentiste équin peut donc être intéressant. Le cheval peut être gêné par une dent de loup, par des caries, par des dents mal usées qui le blessent à l’intérieur de la bouche …

Appeler le saddle fitter

Dans la liste des professionnels à contacter, le saddle fitter est aussi intéressant. Le travail du saddle fitter est d’adapter la selle au cheval. Par exemple, il est possible que votre selle pince le garrot du cheval, ou qu’elle ait une matelassure insuffisante … Et si la selle est la cause de gêne ou de douleur, elle peut complètement être à la source de mauvaise réponse à vos aides de départ au galop.

Appeler le vétérinaire

Le vétérinaire équin est quant à lui indispensable. Avec son savoir et tout son matériel d’imagerie médicale il va pouvoir déterminer avec certitude les différents problèmes physiques de votre cheval : fêlures, fractures, dorsalgie …

Une mauvaise réponse aux aides

Après avoir vérifié que vous placiez bien vos aides et après avoir éliminé tous les éventuels problèmes locomoteurs, vous allez pouvoir mettre en place différentes « stratégies » pour aider votre cheval à partir sur le bon pied.

Demander le départ au galop dans un tournant

Le jeune cavalier va d’abord apprendre à faire partir son cheval au galop dans un tournant. L’apprentissage est le même pour le jeune cheval. N’hésitez pas à lui apprendre à partir au galop sur une courbe. Naturellement, le jeune cheval va partir au galop à droite dans un tournant à droite et va petit à petit assimiler vos aides de départ au galop.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  [Mon défi] Sem 6: Zoom sur une reprise de dressage

Traverser le cheval

Egalement, pensez au début à « traverser » votre jeune cheval pour l’aider à comprendre de ce que vous attendez de lui. En le mettant en oblique de la piste, avec le museau vers l’extérieur et les hanches vers l’intérieur, vous allez mettre en place les conditions d’un départ au galop sur le bon pied. Et petit à petit, vous redresserez votre cheval dans un premier temps, et dans un deuxième vous lui demanderez de partir au galop avec une bonne incurvation.

Demander le départ au galop à partir du pas

Si les aides du départ au galop sont encore un peu floues pour vous et votre cheval, si vous avez du mal à vous fixer ou que vous avez des mouvements parasites, vous pouvez également demander le départ au galop à partir du pas. Le départ au galop du pas n’est pas plus difficile et il a l’avantage de vous laisser le temps de vous préparer, et de décomposer le départ au galop.

Regarder où vous allez

Il arrive aussi que des chevaux sensibles et très fins changent de pied à la moindre variation de leur cavalier. Dans ce cas, si le cavalier ne sait pas exactement où il va, qu’il a des hésitations, le cheval change de pied en fonction. J’ai un anglo arabe au club qui est comme ça. Il suffit que le cavalier regarde à droite, et paf, il se met sur le pied droit. Le cavalier doit donc être très vigilant à sa position et à son regard au risque de donner des indications malgré lui à son cheval.

Le cheval n’est pas souple

Déterminer quel est le côté le moins souple

Comme nous l’avons vu plus haut, le cheval qui part au galop à faux peut aussi avoir des problèmes de souplesse. Si c’est le cas de votre cheval, il va falloir dans un premier temps déterminer quel est le côté où votre cheval est le moins souple. Est-ce à main gauche ou à main droite ?

Commencez votre séance par le côté le moins souple

Une fois que vous avez identifié son côté le plus raide, il va être très imporant de commencer vos séances de travail par ce côté. Pourquoi ? La raison est essentiellement psychologique. Si votre cheval est moins souple du côté droit, le travail de ce côté va forcément être moins agréable pour lui. Si vous finissez vos séances par son côté facile, il restera sur une note agréable et reviendra avec envie dans le manège à la séance suivante. Alors que si vous déterminer par le côté le moins souple, cela va être dure pour lui, ça va “tirer” sur ses muscles et la fois d’après ce n’est pas sûr qu’il va être si enthousiaste !

Travailler le côté le plus raide plus intensément mais toujours dans le respect de l’intégrité physique de votre cheval

Egalement il va être important de travailler plus intensivement le côté le moins souple. Mais là encore, attention de ne pas en faire de trop. Il va bien sûr falloir respecter l’intégrité physique de votre cheval. Ça peut paraître évident mais parfois dans le feu de l’action on est un peu trop gourmand et on va trop loin dans l’exercice sans s’en rendre compte. Donc gardez à l’esprit que si vous voulez améliorer votre grand écart, vous aimeriez certainement que votre prof de gym y aille progressivement et en douceur !

Travailler sur le cercle

Vous recherchez un exercice magique pour que votre cheval soit bien souple ? Bonne nouvelle, il en existe un : Il s’agit du travail sur le cercle !(Si vous voulez en savoir plus sur le travail sur le cercle, je vous recommande vivement cet excellent article de l’IFCE : les aides du cercle ) Que vous le travaillez monté, à la longe (voir l’exercice de la spirale) ou en longues rênes, le travail sur le cercle va être bénéfique. Il permet de travailler les muscles extenseurs, sur le côté externe, et les muscles fléchisseurs sur le côté interne. Vérifiez donc toujours que vous avez une bonne incurvation et que votre cheval garde un bon engagement des postérieurs.

Vous pouvez également toujours sur le cercle demander des exercices gymnastiques d’inversion de pli, avec un pi interne et un pli externe.

Travailler sur deux pistes

Bien sûr le travail sur deux pistes, s’il est bien mené va travailler votre cheval en souplesse. N’hésitez donc pas à travailler dans un premier temps l’épaule en avant, puis l’épaule en dedans, la contre épaule en dedans, la cession à la jambe … Vous retrouverez tous ces exercices en vidéo sur la plateforme Dadou s’active.

Les flexion d’encolure à pied

Un petit exercice qui ne mange pas de pain est de demander régulièrement des flexions d’encolure à votre cheval en étant à pied. A l’arrêt, avec l’aide d’un petit bout de carotte que vous placez sur le côté de votre cheval vous pouvez lui demander des flexions latérales. Et en plaçant un petit bout de carotte au niveau entre ses antérieurs vous lui demandez une flexion de la nuque.

cheval au galop dans son pré

Ce qu’il faut retenir

Si votre cheval galope à faux :

  1. Vérifiez que votre placement d’aides est correcte, notamment en montant un autre cheval
  2. Vérifiez la stabilité de votre position de cavalier
  3. Détecter un problème mécanique du cheval, des douleurs ou des raideurs
  4. Contacter un professionnel pour soigner l’origine de ces douleurs : ostéopathe, vétérinaire, dentiste équin, saddle fitter …
  5. Travaillez votre cheval sur des exercices d’assouplissements, notamment en cercle et en déplacements latéraux

Si cet article vous a plu, pensez à le partager avec vos copains et copines de cheval, et dites-moi dans les commentaires si vous avez déjà rencontré ce problème de cheval qui galope à faux ? Et si oui, comment avez-vous résolu le problème ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  •  
  •  
  • 2