Cette semaine, j’ai eu la chance de faire une séance avec Perrine Carlier. Elle est responsable d’une écurie de dressage de haut niveau et cavalière professionnelle de niveau national et international. Le comité régional de Normandie proposait en effet aux enseignants Normands un stage avec leur cheval qu’il soit débutant ou confirmé. J’en ai donc profité pour amener mon cheval de voltige Quantuveu. Car il me pose depuis un certain de nombreux problèmes sur le plat.

Un petit mot sur Perrine Carlier

Perrine Carlier a débuté la compétition en 2004. Elle est passée en 5 ans du niveau Amateur 2 au niveau Pro Elite. Elle est aujourd’hui 15ème du classement national permanent des cavaliers de dressage Pro Elite.

Au-delà de son palmarès, Perrine Carlier est une personne très agréable. Comme vous pourrez l’entendre dans la vidéo, elle a une voix douce et ses conseils sont bienveillants à l’égard du cavalier. Elle a “diagnostiqué” Quantuveu sans a priori, comprenant que malgré son âge, c’est un jeune cheval dans le travail.

Je la remercie de la patience et de la gentillesse qu’elle a eu tout au long de cette (trop courte) séance de 45 minutes !

Quantuveu, un gros problème

photo-stage-dressage

Le grand Quantuveu

Comme vous le savez, Quantuveu est un KWPN d’1m 81. Il va bientôt avoir 14 ans mais n’a commencé le travail qu’à l’âge de 11 ans. C’est donc un cheval qui a tout à apprendre.

Depuis un certain temps, je rencontrais beaucoup de soucis montés avec lui.

1/ Le plus gros problème c’est qu’il commençait à utiliser sa force quand l’exercice demandé ne lui plaisait pas. Typiquement, il me coupait les coins, surtout à main gauche et lançait les postérieurs chaque fois que j’agissais avec ma jambe intérieure.

2/ Si j’essayais de tendre un peu plus mes rênes et de fermer mes doigts, il m’arrachait les rênes d’un coup violent vers le bas, accompagné le plus souvent d’une ruade.

3/ J’avais du mal à le concentrer sur moi pendant les séances montés (alors que je n’ai pas ce problème à la longe). Il était tout le temps en train de regarder à droite et à gauche ou de faire un écart pour rien du tout.

Ma solution :

Vous imaginez quand un colosse comme lui vous arrache les rênes et balance les postérieurs, vous êtes catapulté. La solution que j’avais trouvé était d’accentuer le pli interne, jusqu’à demander une flexion d’encolure, pour palier au fait qu’il utilisait sa force. Sauf que bien entendu, il partait avec les épaules à l’extérieur …

Bref, j’étais arrivé dans un cercle un peu vicieux où je n’avais pas toujours le contrôle et où Quantuveu, fidèle à son nom, n’en faisait qu’à sa tête. Et bizarrement c’est un problème que je n’ai pas à la longe où il est toujours respectueux du cercle.

La séance avec Perrine Carlier

Ce jour-là, encore plus que les autres, Quantuveu n’en faisait qu’à sa tête. Il était stressé d’être en milieu inconnu et la détente a été difficile. Quasiment à chaque foulée, il me balançait les postérieurs. Infecte !

Dans un premier temps, sur les conseils de Perrine, nous l’avons beaucoup fait trotter pour le détendre…et surtout pour le mettre dans le travail.

Elle a tout de suite vu que je mettais trop de pli à l’interne. Nous avons retravailler la rectitude de mon cheval grâce à mes aides diagonales, rêne extérieure et jambe intérieure. En théorie, rien de nouveau sous le soleil …sauf qu’en pratique je m’étais éloigné de cela.

En fait ce que j’ai le plus appris dans cette séance c’est que je ne dois pas chercher à mettre mon cheval comme si ou comme ça. Je dois moi soigner ma position. Bien tendre mes rênes, bien m’asseoir et bien tenir mon dos (surtout lorsqu’il me tente des catapultes). C’est à lui de venir dans mes aides.

La progression

Au fur et à mesure de la séance, j’ai senti mon cheval se concentrer, se rééquilibrer. Cela m’a permis de gagner en stabilité dans ma position. Même s’il y a encore du travail à faire car il est tellement puissant qu’il me déséquilibre assez facilement par un coup de tête ou par une accélération.

Je vous laisse apprécier la vidéo où vous retrouverez les conseils de Perrine Carlier. Malheureusement, nous n’avons pas pu filmer la dernière partie de la séance (la mieux, dommage !) car la batterie du téléphone était vide. Néanmoins, je pense que c’est intéressant car vous pourrez voir tous les défauts du cheval (et de la cavalière) au début de la séance et une nette amélioration au fur et à mesure.

Quant à moi, j’ai eu un peu mal aux abdominaux le lendemain !!

Bonne vidéo !

Et pensez à me partager ce que vous en avez pensé dans les commentaires !

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    81
    Partages
  • 81
  •  
  •