Vous venez de débuter l’équitation et déjà, vous sentez que vous prenez un mauvais pli sur certains gestes pourtant simples lors de vos séances. Pas d’inquiétude ! Comme pour chaque discipline, tout cavalier débutant commet des erreurs. Ce qui importe, c’est de savoir les corriger dès que possible, car il est ensuite plus difficile de s’en défaire. Pour vous éviter d’en arriver là, je vous présente les 10 erreurs les plus courantes des cavaliers novices.

10 erreurs que fait souvent le cavalier débutant – transcription de la vidéo YouTube

1- Se tenir en position chaise sur la selle

Quand vous commencez l’équitation, il est primordial d’adopter dès le début une assise correcte sur votre selle. En effet, il sera difficile de perdre les mauvaises habitudes prises lors des premiers apprentissages. Un cavalier débutant a souvent tendance à s’asseoir sur la selle comme s’il s’asseyait sur une chaise. C’est une erreur. 

En réalité, à cheval, et surtout en position de dressage, la posture idéale s’apparente davantage à celle du piéton, genoux légèrement fléchis. Lorsque vous vous installez sur votre cheval, veillez donc à bien avancer vos fesses sur la selle. Pour vous en assurer, vous devez pouvoir placer une main entre le troussequin et votre postérieur. 

Enfin, pensez à laisser descendre vos jambes. Celles-ci doivent dessiner un alignement convenable avec vos épaules, vos fesses et vos talons. 

2- Courber le dos

Dans les croyances populaires, pratiquer l’équitation serait très mauvais pour le dos. C’est effectivement le cas si le cavalier ne se tient pas correctement. En adoptant tout de suite la bonne posture, l’équitation présente alors l’avantage de bien muscler le dos. Deux erreurs, fréquemment commises par les débutants, sont à bannir de vos habitudes :

Relâcher son dos et le courber 

Cette attitude maltraite le dos et la nuque du cavalier. Elle l’empêche également d’accompagner les mouvements du dos du cheval. Quand celui-ci va passer à une vitesse supérieure, le cavalier s’en trouvera ballotté. Il fera du tape-cul sur la selle, ce qui n’est pas près de soulager ses lombaires.

Cambrer son dos

La station antéversée du bassin est une position que l’on retrouve fréquemment chez les cavaliers hyperlaxes. On la voit également chez ceux dont la colonne vertébrale est dotée d’une cambrure naturellement prononcée. J’ai dû moi-même faire face à ce défaut. Au contraire, le bassin doit être placé en légère rétroversion. Vous devez alors basculer votre bassin de façon à être assis sur vos ischions, et ainsi répartir votre poids sur l’arrière de votre fessier.

Pour connaître la posture idéale à adopter à cheval, je vous invite à effectuer ce petit exercice : appuyez votre dos contre un mur et basculez votre bassin jusqu’à ce que l’ensemble de votre dos soit en contact avec le mur. Vous ne devez plus avoir l’espace suffisant pour y passer un bras. Mémorisez bien cette position, car c’est celle que vous chercherez à obtenir quand vous monterez à cheval.

3- Tenir les rênes à l’envers, l’erreur récurrente d’un cavalier débutant

Bon nombre de cavaliers novices tiennent leurs rênes dans le mauvais sens. Pour ne plus vous tromper, ma petite astuce consiste à faire monter la boucle devant soi avant d’attraper les rênes. Gardez en tête que les rênes entrent d’abord en contact avec vos petits doigts, puis ressortent sous vos pouces. 

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  A l'eau, c'est Quantuveu !

Ensuite, pour avoir en main la longueur de rênes adéquate, prenez le point de repère suivant : vos mains doivent se situer devant le tapis de cheval, non pas sur vos cuisses, ni sur l’encolure de votre dadou.

Un cavalier debutant doit apprendre a tenir ses renes dans le bon sens.
Un cavalier doit tenir ses rênes dans le bon sens. Photo de Josue Isai Ramos Figueroa sur Unsplash.

4- Serrer les doigts sur les rênes

Restons sur les rênes ! L’erreur classique du débutant consiste à serrer les doigts dessus. Le jeune cavalier qui ne maîtrise pas encore sa pratique se sent un peu secoué par les mouvements de son cheval. Pour garantir son équilibre, il va instinctivement utiliser les rênes comme des poignées, mais ceci est très inconfortable pour le cheval. 

Pour pallier ce réflexe, je dis souvent à mes élèves de tenir leurs rênes comme s’ils tenaient des œufs. Ils ne doivent ni les serrer trop fort, ni trop ouvrir leurs mains, au risque de faire tomber les œufs, ou plutôt les rênes !

5- Enfoncer les pieds dans les étriers

Un autre impair du cavalier novice repose sur le fait d’enfoncer son pied dans l’étrier. Cette position donne l’illusion au cavalier d’être bien calé sur sa monture et le rassure. En fait, c’est tout le contraire. Cette posture n’est justement pas sécuritaire en cas de chute. Dans ce cas de figure, mieux vaut pouvoir dégager son pied de l’étrier le plus rapidement possible pour éviter toute blessure. Pour ce faire, l’étrier doit être placé au tiers du pied, sur sa partie la plus large. Ainsi, le pied n’est pas entravé et pourra se libérer aussitôt si besoin. 

De plus, un pied mal placé dans ses étriers a pour conséquence une mauvaise position au niveau des jambes. Raison de plus pour rectifier ça immédiatement !

⏩ Cet article sur le placement des pieds dans les étriers peut également vous intéresser : Étriers : comment les mettre à l’endroit ?

6- Serrer les genoux contre la selle

C’est une erreur très répandue chez les cavaliers débutants comme chez les plus confirmés. Là encore, fermer les genoux sur la selle confère au cavalier une impression de sécurité. Une fois encore, c’est tout l’inverse. 

En effet, si le cheval s’arrête brusquement devant un obstacle par exemple, tout votre corps va pivoter autour de vos genoux serrés. En d’autres termes, le bas de vos jambes va reculer, alors que vos épaules vont basculer en avant. Je vous laisse imaginer la suite !

Si au contraire, vos mollets serrent légèrement les flancs du cheval et vos genoux restent légèrement ouverts, cette position permet d’amortir un geste brusque du cheval. Elle vous aide alors à garder votre équilibre et votre stabilité.

Vous vous reconnaissez dans ce type d’erreur, et il vous arrive de chuter par-dessus l’encolure de votre cheval ? Pour ne plus vous faire avoir, exagérer l’écartement de vos genoux vous aidera à vous imprégner de la bonne posture à tenir.

7- Garder les talons vers le haut

Ceci va de pair avec l’erreur précédente. Monter son cheval avec les talons levés implique bien souvent que les genoux verrouillent la selle. Vous devez absolument ouvrir vos genoux, sans quoi il vous sera impossible de corriger la position de vos talons.

Le cavalier debutant doit veiller a conserver ses talons inclines vers le bas.
Le cavalier débutant s’assure d’incliner ses talons vers le bas. Photo de Markus Spiske sur Unsplash.

8- Regarder le garrot de son cheval, le réflexe d’un cavalier débutant

Il est pourtant tellement plus simple de porter son regard droit devant soi, au lieu de regarder le garrot de son cheval. Dans un premier temps, cela permet de garder une bonne position en redressant le haut du corps. Si vous regardez en direction du sol, votre dos se courbe et vous risquez d’en souffrir.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  [LIVRE] 101 exercices de saut d'obstacles

De plus, regarder la direction que vous souhaitez prendre permet à votre cheval d’anticiper votre demande. En effet, si vous voulez tourner à droite par exemple, en portant votre regard vers la droite, votre tête, mais aussi vos épaules et votre bassin tournent vers la droite, et votre cheval le sent. Avant même une quelconque action de votre part sur les rênes, votre dadou commence déjà à tourner. 

9- Prendre appui sur le pommeau de la selle

Voilà une mauvaise habitude dont vous devez vous défaire ! En tenant le pommeau de la selle, le cavalier débutant prend un appui trop proche de lui. Une fois encore, cela a pour effet de lui faire prendre une mauvaise position en se recroquevillant sur lui-même.

Pour prendre appui sans risquer de blesser votre dadou à la bouche en vous cramponnant aux rênes, ni au détriment de votre posture, agrippez plutôt une poignée de crinière assez loin devant vous. Si votre cheval est sensible de la crinière, installez alors une petite courroie autour de son encolure. L’essentiel est de tenir votre prise loin devant vous.

10- Bloquer sa respiration

Enfin, la respiration est fondamentale en équitation. Le cavalier a besoin de liant et de souplesse quand il monte son cheval. En bloquant sa respiration, son corps va se raidir, alors qu’il devrait être décontracté. 

Je demande souvent à mes élèves de chanter en effectuant un petit parcours d’obstacles, pour analyser la gestion de leur respiration. Ils réussissent facilement à chanter en trottant, mais quand vient le moment de négocier l’obstacle, mes cavaliers en herbe bloquent leur respiration et interrompent leur chant. 

Avec un peu d’entraînement, il est tout à fait possible de maintenir la chansonnette tout au long du parcours. Faites le test, vous serez peut-être surpris par vos talents équestres, et pourquoi pas par vos talents vocaux !

Vous l’aurez compris, il est important pour le cavalier débutant de s’appliquer à effectuer les bons gestes dès le début. À cheval, on aligne ses épaules avec ses fesses et ses talons, en tenant les rênes avec souplesse. On n’oublie pas de regarder loin devant, et surtout, on se détend et on respire profondément. Si vous parvenez à laisser votre corps s’adapter aux mouvements de votre dadou, félicitations, vous avez donc assimilé une grosse partie du travail ! Et vous, quelle est votre erreur de débutant ? Si vous le souhaitez, je me ferai un plaisir de faire une vidéo pour vous aider à la corriger.


⏩ Vous souhaitez en apprendre plus sur la position en équilibre, la position assise, et comment faire face à un cheval chaud ou difficile ? J’ai le plaisir de vous faire profiter de ma formation gratuite INSCRIPTION FORMATION CAVALIER GRATUITE

Partager l'article