Que ce soit à l’attache, pendant le pansage, au montoir ou encore pour une traversée de route, il est nécessaire pour notre sécurité (et notre confort ;)) que notre cheval soit capable de rester calme et immobile. Mais vous savez certainement, surtout si vous avez un jeune cheval, que ce n’est pas toujours le cas. Nombreux sont les chevaux qui grattent à l’attache, qui trépignent à un stop ou qui tournent au montoir. Alors comment apprendre l’immobilité à son cheval ?

L’immobilité du cheval : une nécessité

L'immobilité du cheval assure la sécurité du cavalier
A dada mon dadou
Eduquer son cheval à rester immobile est une étape cruciale car elle garantit la sécurité du cavalier

Mais avant de voir mes 7 conseils sur l’apprentissage de l’immobilité, j’aimerai attirer votre attention sur le fait qu’avoir un cheval qui sait rester immobile est une nécessité. C’est une des bases à apprendre à son cheval. Pourtant c’est une étape qui est souvent négligée, car elle n’est pas simple à mettre en place mais aussi parce qu’elle n’est pas très « fun ». On préfère souvent se dire que l’on a fait un super galop pendant notre séance, plutôt que de se dire que l’on a fait un « super arrêt ».

Un cheval capable de rester immobile garantie la sécurité du cavalier

Même si elle n’est pas très fun, éduquer son cheval à rester immobile est une étape cruciale dans l’apprentissage de votre cheval car elle garantit votre sécurité de cavalier.

Un cheval qui bouge à l’attache pendant le pansage bouscule son cavalier, lui marche sur les pieds, voir même tire au renard. Un cheval qui bouge au montoir ne laisse pas le temps au cavalier de se mettre en selle correctement. De toute évidence, un cheval qui trépigne ou recule à un croisement de route vous emmène droit à l’accident.

cheval arrêt immobile garde 
A dada mon dadou

Passer de nombreuses séances à travailler l’immobilité de son cheval n’est donc pas du temps perdu. Au contraire, c’est du temps de gagné. Car un cheval capable de rester immobile est aussi un cheval zen.

Un cheval immobile est un cheval zen

Concrètement, si votre cheval bouge dans tous le sens lorsqu’il est à l’attache, c’est qu’il est en stress. Peut-être est-il apeuré d’être isolé du groupe ? Peut-être se sent-il en insécurité dans l’écurie ?

Si votre cheval chauffe quand il est arrêt, cela révèle aussi un inconfort dans le travail. Cela veut dire que le cheval n’est pas non plus posé lorsqu’il est en mouvement. Peut-être a-t-il une alimentation inadaptée qui le stimule de trop ? Peut-être a-t-il un rythme de travail trop faible par rapport à ses besoins ? Ou encore, et c’est très souvent le cas, son mode de vie ne lui permet pas de dépenser son énergie.

Enfin, si votre cheval bouge au montoir, cela peut être dû à un problème qui le fait souffrir. La selle est peut-être inadaptée ? Peut-être a-t-il un problème au niveau des dorsales ?

Un cheval qui ne sait pas rester immobile est très souvent un signe d’inconfort. Donc en tant que cavalier, on a tout intérêt à s’y intéresser pour permettre à notre cheval de prendre du plaisir lors des séances.

Un cheval immobile rend le cavalier zen

Cheval immobile tenu par une cavalière A dada mon dadou

Enfin, un cheval immobile rend le cavalier zen lui aussi. Je crois que vous serez d’accord avec moi que l’on ne prend aucun plaisir à brosser un cheval qui nous écrase contre le mur, à monter un cheval qui tire sur les rênes et que l’on est constamment obligé de faire tourner car il ne peut pas s’arrêter.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment évaluer la vitesse de son cheval ?

Vous l’avez compris, il va être nécessaire de mettre l’immobilité comme une priorité dans vos plans de séances. Mais pas n’importe comment et pas n’importe quand.

Quand apprendre à son cheval à rester immobile ?

A quel âge commencer l’apprentissage de l’immobilité ?

L’immobilité devrait être un des premiers apprentissages du jeune cheval ou du poulain. Personnellement, je débourre de mes poulains à l’âge de trois ans ou trois ans et demi. Et je commence leur apprentissage par l’immobilité en main.

Mes premières séances se passent donc dans le manège, en licol avec une petite longe. J’apprends au poulain à marcher quand je marche et à s’arrêter quand je m’arrête.

Je vais également lui apprendre l’immobilité à l’aire de pansage. L’attache est toujours un moment délicat avec un jeune cheval car s’il panique, il peut vite se blesser. J’essaie donc, comme nous allons le voir ci-dessous de lui donner un maximum de confort avec des gratouilles et des étrilles de massage.

L’immobilité se travaille en fin de séance

Si mon cheval a beaucoup d’énergie, il ne sert à rien de m’acharner à essayer de l’avoir immobile en début de séance. Dans ce cas, je vais plutôt lui proposer des activités qui lui permettent de décharger son énergie avant de lui proposer des exercices d’immobilité. Voir l’article : Comment réagir face à un cheval chaud ?

Comment apprendre l’immobilité à son cheval ?

Un peu mais souvent

La première des choses à laquelle il faut faire attention lorsque l’on veut apprendre à son cheval à rester immobile, c’est le « timing ». C’est-à-dire que votre jeune cheval ne va pas pouvoir rester 3 minutes sans bouger dès le début. Il va donc falloir savoir se contenter de deux secondes au début. Je félicite, je remets mon cheval en avant. Et je redemande.

L’idée du timing est de ne pas attendre que votre cheval n’en puisse plus de rester arrêter avant de lui demander d’avancer. Il est nécessaire de lui demander d’avancer avant que cela ne soit inconfortable pour lui.

Et petit à petit, vous allez pouvoir augmenter votre temps où votre cheval reste à l’arrêt. Ce qui est vraiment important, c’est que ce soit vous qui demandiez à votre cheval de s’arrêter, puis d’avancer.

C’est un exercice que vous pouvez travailler aussi bien à pied que monté.

chevaux à l'arrêt immobiles en concours

L’immobilité doit offrir du confort au cheval

La deuxième idée qu’il est important de retenir (et de mettre en place), c’est que si vous voulez que votre cheval tienne son immobilité, il va falloir que l’immobilité lui apporte du confort.

Vous pouvez apporter du confort à votre cheval de différentes manières.

Le confort par arrêt de la pression

Que vous soyez à pied ou monté, au début, vous allez demander à votre cheval de s’arrêter par une pression. Soit une pression sur le licol, soit une pression sur les rênes. Cette pression met le cheval dans l’inconfort. Le problème, c’est que souvent, les cavaliers ne relâchent pas la pression lorsque le cheval s’arrête. Il est très important de rouvrir vos doigts lorsque le cheval est arrêté, car sinon, il va reculer, ou même se cabrer. Votre cheval essaie à tout prix d’enlever la pression exercée. Et si quand il s’arrête, vous ne rouvrez pas vos doigts, vous êtes en train de lui dire que sa réponse n’est pas la bonne. Et donc il cherche autre chose.

Donc quand je mets une pression, je mets mon cheval dans l’inconfort. Lorsqu’il s’arrête, j’ouvre mes doigts, j’arrête la pression et je remets mon cheval dans le confort.

Le confort par le lieu d’arrêt

Vous pouvez aussi offrir du confort à votre cheval en choisissant bien le lieu d’arrêt. Par exemple, si vous êtes en randonnée et que vous faites une halte en attachant votre cheval en plein soleil, exposé aux piqures d’insectes, votre cheval va bouger dans tous les sens à l’attache. Alors que si vous soignez votre halte en l’attachant à l’ombre, avec des petites feuilles de noisetiers à mâchouiller, il y a de fortes chances pour que vous puissiez pique-niquer tranquille.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les 7 points clés de la position en équilibre

Le confort par des gratouilles

cheval calme et immobile au pansage et à l'attache A dada mon dadou
Si vous voulez que votre cheval tienne son immobilité, offrez-lui du confort !

Vous l’avez surement remarqué au moment du pansage, votre cheval a forcément son petit point faible, un endroit où il adore que vous le gratouillez. Chez mon cheval Hawaï, c’est juste au-dessus du portail ! Donc si vous voulez que s’arrêter devienne un plaisir, chaque fois que vous demandez un arrêt à votre cheval, gratouillez-le à son endroit favori. Et vous verrez qu’il adorera rester immobile !

Le confort par de la nourriture

C’est une pratique que l’on voit beaucoup. L’idée est de renforcer un comportement par un renforcement positif, à savoir la nourriture. J’ai vu beaucoup de cavalier le faire à pied, mais aussi monté. Cela peut être intéressant au début si l’immobilité est vraiment difficile à obtenir. Personnellement, je ne suis pas trop fan du renforcement positif par de la nourriture, et je préfère renforcer par la voix ou par des gratouilles.

Si vous souhaitez utiliser la nourriture, pensez à ne pas la donner systématiquement et bien sûr sans que le cheval ne vienne la réclamer en fouillant dans vos poches !

Le confort au montoir

Enfin, si votre cheval est particulièrement sensible du dos au montoir, en plus de le montrer à un vétérinaire ou un ostéopathe, pensez que vous pouvez facilement le soulager en utilisant un montoir pour vous mettre en selle. En savoir plus sur le montoir : Comment (bien) monter à cheval ?

Ce qu’il faut retenir pour apprendre l’immobilité à son cheval

Voici donc les éléments importants à retenir lorsque vous vous occupez d’un cheval.

Pour vous permettre d’avoir toujours ces différents éléments à portée de main, je vous ai préparé une petite fiche récapitulative, que vous pouvez télécharger en cliquant ici.

Désormais, je vous proposerai une petite fiche à la fin de chaque article ! Ainsi, vous pourrez vous constituer un petit classeur A dada mon dadou !

1/ Travailler l’immobilité de votre cheval est indispensable car elle garantit à la fois la sécurité du cavalier, le confort du cheval et le confort du cavalier.

2/ C’est un des premiers apprentissages du jeune cheval ou du poulain. L’apprentissage de l’immobilité se fait d’abord en main, puis monté.

3/ Rien ne sert de s’évertuer à avoir un cheval immobile lorsqu’il a beaucoup trop d’énergie à dépenser. Demandez d’abord des exercices de « décharge » avant de revenir sur des exercices de calme et d’immobilité.

4/ Si votre cheval n’est pas capable de rester immobile, il peut avoir :

Un problème de suralimentation

Un problème de ratio entre son travail et ses besoins

Un mode de vie inadapté à ses besoins (par exemple, s’il est enfermé en box)

Des douleurs

5/ Pensez à avoir un bon timing entre votre demande et la capacité du cheval à rester immobile

6/ Pensez à offrir un maximum de confort à votre cheval lorsqu’il est immobile, par :

un arrêt de la pression

un lieu d’arrêt agréable

des gratouilles

de la nourriture

7/ Pensez à utiliser un montoir pour soulager son dos

Cliquez ici pour télécharger la fiche récapitulative.

Et vous avez-vous d’autres astuces que vous avez mis en place pour apprendre à votre cheval à rester immobile ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •