Je voudrais vous présenter aujourd’hui un exercice que j’utilise très régulièrement pour avoir des transitions précises avec mes chevaux. Je l’aime bien car il permet au cavalier de se représenter concrètement une zone de transition et de savoir, sitôt l’exercice fait si le contrat est réussi ou non. J’aime bien que dans les exercices que je propose à mes cavaliers ils puissent au maximum s’auto-évaluer, ce qui les rend actifs dans leur apprentissage.

Mais avant de se pencher sur cet exercice simple, je vous propose un petit zoom sur les bénéfices du travail des transitions. Je précise que l’exercice qui va suivre se focalise sur les transitions inter-allures et non sur les transitions dans une allure, que j’évoquerai dans un prochain article.

cheval-dressage

Les bénéfices des transitions entre allures

1/ Travailler l’équilibre du cheval

Demander à votre cheval de faire des transitions entre allures en un point précis va vous permettre d’évaluer l’équilibre de votre cheval. Si votre Dadou a besoin de 4 mètres pour effectuer une transition descendante simple, cela vient très souvent d’un déséquilibre sur l’avant-main. Votre cheval mets trop de poids sur ses épaules. Pour faire une bonne transition avec légèreté, par exemple pas/arrêt, votre cheval a besoin de s’équilibrer vers l’arrière-main.

De même pour faire une bonne transition montante, il est nécessaire que votre cheval pousse avec ses postérieurs. Là encore on va lui demander de mobiliser son arrière-main.

2/Travailler votre propre équilibre

Cela va s’en dire que votre cheval ne pourra faire une bonne transition que si vous êtes vous même à votre place dans la selle et que vous êtes bien équilibré. Impossible effectivement de faire une bonne transition descendante avec un cavalier épaules en avant, bas de jambes vers l’arrière et genoux serrés, c’est évident.

Travailler des transitions rapprochées va vous obliger à rester bien concentrer, avant tout sur votre équilibre et sur votre poids du corps.

3/Garder votre cheval attentif et motivé

Rien ne sert avec votre cheval de faire des tours et tours de manège au trot sans rien lui demander. Votre Dadou va s’ennuyer, va se routiner et au moment où vous attendrez quelque chose de lui, il ne réagira pas. Il est important d’intéresser votre cheval, de le motiver, de lui demander pleins de choses différentes pour l’avoir à chaque seconde attentif et avec vous.

Mon moniteur disait toujours, pour perfectionner votre galop, il vaut mieux demander 4 bons départs au galop successifs que de galoper pendant quatre tours !

4/ Développer de la finesse et du ressenti

Si votre cheval est attentif à vos demandes, que vous êtes bien équilibré et assis dans votre selle, que votre cheval s’équilibre aussi correctement, vos aides vont petit à petit se faire discrètes voir même quasi inexistantes. Il m’arrive souvent avec mes chevaux d’avoir juste à y penser … et le cheval le fait ! Inconsciemment quand je pense à m’arrêter, je varie très légèrement mon poids du corps et je n’ai même besoin de fermer mes doigts sur les rênes car mon cheval, alerte et attentif a saisi l’information et est déjà en train de transitionner.

Ayez bien à l’esprit qu’un cheval est capable de sentir une mouche se poser sur son dos donc il est parfaitement en mesure de sentir la moindre de vos demandes juste avec une variation de votre poids du corps !

5/ Vous garder vous aussi motivé(e)

Il est très difficile de travailler seul(e) dans un manège (ou ailleurs) avec un cheval car nous avons tendance à ne pas voir nos défauts (ou nos qualités) et à ne pas voir non plus ceux de notre Dadou ainsi que ses progrès. Ce genre de petit exercice simple va permettre de vous auto-évaluer et vous saurez à chaque passage dans le dispositif si le contrat de départ a été ou non rempli. Si l’exercice n’est pas réussi vous pouvez alors vous demandez pourquoi et ajuster votre fonctionnement. Je vous conseille d’avoir une personne de confiance sur le bord du manège pour vous aiguillez ou si vous êtes seul(e), ce qui m’arrive souvent, filmez-vous, vous serez surpris de voir plus facilement vos erreurs et vos progrès.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  [Vidéo] La mise en confiance : exercices

L’exercice en question

Après une séance d’échauffement “classique” (pour plus d’info sur l’échauffement, je vous invite à écouter mon podcast sur l’échauffement) installer au centre du manège une bordure maraichère de 8 mètres de long et de 80 cm à 1m de large. Il s’agit d’un dispositif de TREC. Je suis sûre que vous le connaissez. Sur les reprises petits, je le travaille en disant “on aurait dit qu’on passait sur un pont et qu’il y avait des crocodiles dans la rivière…). Non, vous n’avez jamais joué à ça ?

Le dispositif

Ne courez pas chercher un mètre dans l’atelier de votre voisin. En général, les barres d’obstacles font 4 mètres donc prenez quatre barres, que vous mettez deux par deux bout à bout. Ensuite pour la largeur, il vous suffit de laisser l’espace d’un pas.

Astuce : Si vous voulez vraiment être précis, allez chercher le mètre dans l’atelier de votre voisin et mesurez votre barre pour vérifier qu’elle fasse bien quatre mètres. Ensuite, amusez à régler vos pas dessus de façon à parcourir la longueur de la barre en 4 pas. A force de faire cet exercice, vous pourrez comme les monos ajuster vos barres rien qu’en comptant vos pas et vous serez capable de mettre 5m50 entre deux barres sans mètre-ruban.

Mais bon, pour cet exercice, les barres vont juste nous donner un point de repère, donc ne soyez pas maniaque, il faut que cela fasse à peu près 8 mètres.

Quel est l’intérêt de ce dispositif ?

Clairement ce dispositif ne sert à rien pour le cheval…il sert de repère visuel au cavalier. Il peut ainsi rapidement voir si sa transition est faite dans la zone et si son cheval reste droit pendant la transition. Vous pourrez ensuite évidemment vous en passer.

Les différentes phases d’exercices de bases :

1. TRANSITION PAS / ARRET :

Arrivez au pas dans les barres et demandez une transition arrêt au milieu du dispositif. Tenez l’immobilité environ 3 secondes, puis repartez au pas. Essayez d’obtenir une transition le plus possible avec votre poids du corps et avec votre voix et le moins possible avec vos mains.

2. TRANSITION PAS /TROT :

Arrivez maintenant au pas dans les barres puis au milieu du dispositif, demandez une transition au trot. Là encore, préparez votre cheval avec votre bassin et essayez de déclencher le trot avec le moins de jambes possible. Idéalement, vous n’avez qu’à effleurer votre cheval avec votre mollet.

3. TRANSITION TROT/PAS :

Arrivez au trot dans la bordure et au milieu du dispositif repassez au pas. Les instructions sont les mêmes que dans la phase 1.

4. TRANSITION TROT/GALOP :

Ne travaillez cet exercice dans la bordure que si vous maîtrisez le départ au galop en ligne droite par prise d’équilibre. Si ce n’est pas le cas, disposez plutôt dans un tournant du manège des plots à 8 mètres de distances et appliquez-vous à demander votre transition dans la zone définie en vous aidant du tournant. Si le départ au galop dans la bordure ne vous pose pas trop de problèmes, entrez alors dans le dispositif au trot et en milieu de dispositif, demandez le galop. Alternez cet exercice sur les deux pieds et faites très attention lorsque vous rejoignez la piste, en A ou en C d’aller à main droite si vous avez demandé un départ au galop à droite et vice versa à main gauche.

5. TRANSITION GALOP/TROT:

La suite logique du dispositif, entrez dans la bordure au galop et en milieu de dispositif demandez une transition au trot.

Voilà, nous venons de terminer les exercices de base. Je vais maintenant vous proposer sur le même dispositif des transitions un peu plus compliquées. Je voudrais insister sur le fait que vous devez vraiment maîtriser les 5 phases suivantes pour passer aux plus “complexes”.  Et surtout lorsque vous travaillez une transition plus difficile, genre Galop/Arrêt, commencez toujours par refaire les 5 premières phases en échauffement. Vous posez ainsi les choses.

Les phases de transitions plus complexes

6. TRANSITION TROT/PAS/TROT :

Vous arrivez au trot. A l’entrée du dispositif, au niveau des barres, vous demandez le pas. Puis vous marchez dans la bordure et à la fin des barres, vous demandez le trot.

7. TRANSITION TROT/PAS/ARRET/PAS/TROT :

Même configuration que le numéro 6 mais cette fois vous allez ajouter un passage à l’arrêt au milieu des barres (donc à 4m). Maintenez l’immobilité pendant 3 secondes environ. Puis repartez au pas et à la sortie des barres au trot.

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment réaliser le noeud du pêcheur ? Vidéo 1 de mon défi 30 j 30 vidéos

8. TRANSITION TROT/ARRÊT/TROT:

Cette fois, nous allons éliminer le pas. Donc entrez au trot, au milieu du dispositif, demandez l’arrêt. Pensez à bien vous grandir et à anticiper votre transition. Pensez ”arrêt”. Puis après 3 secondes d’immobilité, demandez directement le trot. Pour ce faire, pensez à garder vos jambes au contact pendant l’arrêt pour que votre cheval comprenne que vous êtes arrêté mais que vous allez repartir au trot d’une seconde à l’autre.

Je dis souvent à mes cavaliers, imaginez que vous avez emmagasiné toute l’énergie du trot précédent dans vos jambes et que vous retransmettez cette énergie pour le départ au trot. Cela va s’en dire, avec des aides discrètes, juste avec une minuscule pression de mollet et un mouvement du bassin. Aidez-vous de la voix si besoin est.

9. TRANSITION PAS/TROT/GALOP :

Nous allons aussi effectuer 3 transitions dans la zone avec cet exercice. Vous entrez au pas puis en milieu de bordure au trot, et en sortie de bordure au galop. Prenez le temps de préparer les choses, ne vous précipitez pas !

10. TRANSITION GALOP/TROT/PAS :

Dans l’autre sens, maintenant. Entrez dans la zone au galop, puis transitionnez au trot puis au pas en sortie de bordure. Soyez léger avec vos mains. Si l’exercice est bien préparé et que vous anticipez avec votre poids du corps, une simple minuscule pression sur les rênes suffit.

11. TRANSITION PAS/GALOP :

Nous allons maintenant éliminer le trot, vous l’aviez compris. Entrez au pas, placez vos aides et en milieu de bordure galop. Vous devez vraiment sentir que le mouvement du galop débute par une poussée des postérieurs.

12. TRANSITION TROT/GALOP/TROT:

Cette transition est déjà plus difficile car à peine le galop est-il commencé que vous transitionnez au trot. Certains chevaux avec un peu de sang stressent à ce genre d’exercices. Dans ce cas, n’insistez pas bêtement. Faites-lui des pauses régulières et allongez la zone si besoin ou faites lui faire un ou deux tours de galop rênes longues pour décompresser.

13. TRANSITION ARRET/GALOP:

Entrée dans la bordure soit au pas, soit au trot. Demandez l’arrêt. Pensez à garder votre immobilité. Placez vos aides et déclenchez le galop sans passer par le trot.

Voilà, là vous avez déjà de quoi bien travailler et faire plusieurs séances assez sympa avec votre cheval. On va maintenant pouvoir s’amuser un peu et corser l’exercice :

Les transitions plus avancées

13 GALOP/PAS/GALOP:

On entre dans l’exercice au galop. Au milieu transition au pas sur quelques pas, puis galop.

14. GALOP/ARRET/GALOP:

Entrée galop, milieu de bordure arrêt, immobilité trois secondes. Puis départ au galop.

15. TRANSITIONS AVEC DU RECULER :

Vous pouvez maintenant reprendre tout depuis le début en ajoutant le RECULER. C’était l’exercice préféré de mon cheval Luis qui est maintenant à la retraite.

TRANSITION GALOP/ARRET/RECULER/GALOP : Entrée bordure au GALOP, en fin de bordure ARRET. RECULER jusqu’en début de bordure et départ au GALOP !

Prenez le temps

Evidemment, n’enchaînez pas toutes ces transitions en une seule séance et à la suite ! Je vous aie écrit ici toutes les possibilités qu’offre cet exercice, mais ça n’est en aucun cas à faire d’une seule traite !! C’est un exercice qui demande beaucoup de concentration au cheval comme au cavalier. C’est aussi un exercice répétitif et qui a tendance à faire chauffer les chevaux avec du sang. Donc travaillez cet exercice un petit peu et régulièrement. Aménagez des pauses pour votre cheval. Remettez-le sur la piste. Faites-lui travailler autre chose.

Si vous faites cet exercice régulièrement, vous pourrez facilement évaluer vos progrès à tous les deux et vous pourrez présenter des reprises de dressage au top !

Voilà, j’espère que cet exercice vous sera utile !

Si vous le testez, partagez-moi vos expériences dans les commentaires ! J’ai trop hâte de vous lire !!

 

A venir très prochainement, cet exercice en vidéo !!

 

Pensez aussi à partager l’article, il pourra peut-être intéresser un ami cavalier !!

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    30
    Partages
  • 30
  •  
  •