Merci ! Votre inscription à la webconférence est bien validée !

Dans cette vidéo, vous découvrirez :

  • Comment vous préparer à cette webconférence ?
  • Comment recevoir vos 4 vidéos gratuites ?
  • Vous découvrirez le programme de cet événement inédit !

Voici ce qu'il faut faire après avoir vu la vidéo :

1. IMPORTANT : Vous venez de recevoir le lien par email. Vérifiez votre boîte email.

Si vous n'avez pas reçu l'email d'ici quelques minutes, pensez à vérifier votre dossier "spam" ou "courrier indésirable", les filtres antispam sont parfois un peu trop sensibles. (Utilisateurs de Gmail, pensez à vérifier votre dossier "promos" pour les mêmes raisons.)

2. Cliquez sur le bouton rouge Youtube juste en dessous (ou ici si le bouton n'apparaît pas) pour vous abonner à la chaîne Youtube et être prévenu quand les prochaines vidéos seront publiées.

3. Cliquez sur le bouton "J'aime" juste en dessous pour rejoindre la communauté des cavaliers motivés sur Facebook (ou cliquez ici si le bouton n'apparaît pas)

4. Puis laisser un commentaire ci-dessous pour que l'on fasse connaissance  ! Vous pouvez vous présenter, nous raconter votre parcours et nous parler de votre Dadou !

Présentez-nous votre Dadou et votre parcours de cavalier dans les commentaires 😉

4 réponses à “Merci ! Votre inscription à la webconférence est validée !”

  1. Dehorter Alexandrine dit :

    Bonjour, bonjour !
    Je m’appelle Alexandrine, j’ai 20 ans. Je suis cavalière depuis 9 ans et propriétaire depuis 7 ans. Mes parents m’ont offert mon poney, j’avais tout juste mon galop 2, et il avait 4 ans. On a tout appris ensemble. Il s’appelle Inca, connemara importé d’Irlande, hors taille et un sal caractère, parce qu’il a le mien. J’en ai vue de toutes les couleurs avec lui.
    C’est très compliqué de résumer notre parcours, mais quand je l’ai eu, je voulais m’amuser, découvrir et progresser. Et c’est qu’on a fait. On a touché à tout : cso surtout, dressage, complet, trec, randonnée… C’est lui qui m’a donné mon galop 7. malheureusement il a été planté à l’obstacle, et je me suis retrouvé sans mono pour le remettre en confiance. Ça a prit du temps mais j’y suis arrivée.
    A cette époque j’ai voulu poursuivre le cso, mais Inca (mon super poney) ne pouvait plus me suivre. J’ai donc acheté Brisko : cheval de 4 ans typé pour l’obstacle chez un bon éleveur qui prend soin de ses chevaux. Ça fait maintenant 4 ans que je l’ai. Avec lui je suis partie en amateur, ou on tourne actuellement sur 110. On voit un coach pendant les vacances estivales, mais le reste du temps, je dois me debrouiller seule. J’aimerais évoluer sur de plus grosses épreuves et j’y travaille pour. Je vise les 130 d’ici 5 ans.
    Actuellement étudiante, je manque de beaucoup de temps. Alors je lève le pieds avec mes chevaux le temps de mes études (mais je continue de les travailler). Aujourd’hui Brisko vit à proximité de mon appartement, pour pouvoir le travailler entre deux cours, Inca vit au près chez ma mère, je le vois le week end. Il ne travaille pas l’hiver : manque de temps et d’installations. Comme il m’a déjà beaucoup donné et qu’il est en forme (11 ans maintenant) je le monte pour m’amuser. Nous faire plaisir. Cet été je souhaite découvrir l’équitation de travail avec lui. Et pourquoi pas refaire quelques cso ? Car malgré tout, il aime bien sauter.

    Je l’ai déjà dit mais mon plus gros problème, c’est le temps. Et pour travailler Brisko, je n’ai pas d’oeil extérieur pour me corriger et ce n’est pas toujours facile de voir ce qui ne va pas.
    Si je devais poser une question ça serait : est ce que tu continues à voir des pros pour progresser ? Si oui, à quelle fréquence ? Si non, pourquoi ?

    • Bonjour Alexandrine ! Ma réponse à ta question sera plus détaillée dans la vidéo numéro 4 …mais ma réponse est oui, oui et encore oui ! Continuer de se former ! C’est hyper important ! Personnellement, je me forme de deux manières : soit en faisant des stages avec des cavaliers pro, comme le stage de dressage avec Perrine Carlier, cavalière internationale de dressage qui a fait l’objet d’une vidéo sur le blog ! Mais pour être honnête, même si j’aimerais, je n’ai pas la possibilité de faire des stages très souvent ! La deuxième manière de me former c’est de travailler toujours et toujours de nouveaux chevaux, ou à initier des chevaux dans de nouvelles disciplines (comme Bélinda en voltige) ! Ca m’oblige à chaque nouveau poulain à observer à nouveau, à découvrir des nouvelles choses, à remettre en cause des choses que je pensais établies ! Bref, avoir les pieds dans le sable tous les jours et avec de nouveaux challenges, c’est ce qui me fait le plus progresser !

  2. Miène dit :

    Bonjour, et merci de proposer cette web conférence.
    Je suis directement concernée (hélàs, dirais-je…). J’ai acquis mon cheval fin août avec des rêves de concours de dressage, de balades, de vacances à la mer et de travail à pied. Je suis déjà propriétaire d’un papy de bientôt 26 ans, acheté alors qu’il en avait 19 et que je le connaissais depuis qqs années déjà puisque c’était un cheval des haras confié au club où je montais. Avec lui, tout a toujours été simple et naturel… Avec le jeune (il vient d’avoir 6 ans), très vite ça s’est révélé compliqué Cheval compliqué déjà à pied, les trajets pré/club déjà sont difficiles (ça s’améliore doucement, il y a des périodes où tout se passe bien mais régulièrement et encore hier ça pose problème, il peut être hyper sympa et attentif comme je peux le “perdre” et ne plus savoir comment me faire respecter). A l’heure actuelle, suite à une grosse chute en janvier (il a eu peur d’une voiture) je ne le monte plus, il travaille monté avec mon moniteur ou mon copain et en éthologie avec une spécialiste. Je n’arrive pas à lui faire confiance, ne me sens pas capable de le gérer (il a un très fort caractère) et en arrive à me demander si malgré l’attachement que j’ai pour lui, je ne devrais pas m’en séparer. Par moments j’ai l’impression que ça y est, le lien se créé mais ça ne dure jamais et il m’en fait vraiment baver. Il a d’ailleurs été en vente déjà… j’ai fait machine arrière, essayé de me ressaisir car il est malgré tout attachant mais je doute d’être la cavalière qu’il lui faut et que lui soit le cheval qu’il me faut. D’où ma question : arrive-t’il que malheureusement il y ait incompatibilité entre le cavalier et sa monture et que malgré tous les efforts déployés, la relation soit vouée à l’échec ? J’ai envie encore d’y croire mais j’ai vraiment peur que de par son origine (plusieurs personnes déjà m’ont dit que les produit de cet étalon sont très souvent compliqués) il soit plus un cheval de pro que pour une amatrice comme moi… Merci et à dimanche.

    • Bonjour Milène, je comprends votre désarroi. C’est toujours difficile quand on a des rêves et que la réalité se révèle bien différente de ce que l’on avait imaginé. Généralement, et je parle en connaissance de cause ;), on rajoute à tout ça une bonne dose d’émotions, stress, peur, frustration, parfois colère …Et je ne sais pas vous mais pour moi, l’aboutissement était une grosse culpabilité. Il y a t il vraiment incompatibilité entre le cheval et la cavalière je ne crois pas. Est ce qu’il y a des défauts de communication, c’est certain. Après je ne connais ni votre niveau, ni l’origine de ce cheval, ni son caractère. Je sais que les personnes qui nous entourent ont souvent des jugements un peu à l’emporte pièce, qui se veulent bienveillants, mais qui au final augmentent notre sentiment d’être perdu ! Origine difficile ou pas, le cheval est là ! J’espère que la série de vidéos et la webconférence pourront vous donner des pistes sur ce que vous avez envie de faire réellement avec votre cheval, et sur ce qu’il est possible de faire. Dans la deuxième vidéo, j’explique comment j’ai réussi à renouer le contact avec une jument maltraitée et complètement apeurée. J’espère que cela pourra vous donner des pistes pour continuer d’avancer…J’en serai très heureuse car cette série de vidéos est faite pour cela ! Tenez moi au courant 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je me présente

Je m’appelle Aurélie Seguin, j'ai 36 ans.

Je suis cavalière depuis l'âge de mes trois ans. Je pratique toutes les disciplines mais avec une préférence pour l'équitation de pleine nature et pour le travail à pied.

Je suis monitrice d'équitation et dirigeante de mon centre équestre, la Ferme Équestre du Gué, que j'ai crée il y a 12 ans, qui se situe en France, en Normandie. J'ai actuellement 96 élèves chaque semaine sur mon club. Je porte une attention particulière à utiliser une pédagogie bienveillante avec mes élèves comme avec mes chevaux.

J'aime également le côté artistique de l'équitation, notamment en créant des spectacles équestre et en coachant mes équipes de voltige.

Je suis passionné depuis toujours par le travail du cheval. J'ai d'ailleurs débourré la quasi totalité de ma cavalerie, 27 équidés. Je suis également très préoccupée par le bien-être de mes chevaux qui vivent tous dehors et en troupeau.